La Tournée Entrepreneuriat Pour Tous

Morad Attik [Evolukid] : le professeur devenu entrepreneur !

Passer de professeur à entrepreneur, c’est possible ! Et preuve en est grâce à Morad Attik, un ancien professeur de mathématiques qui a choisi de quitter les bancs de l’école pour lancer en 2016 Evolukid, une plateforme d’apprentissage de la programmation, la robotique et l'électronique, dès le plus jeune âge !

« Vous allez voir, dans mon parcours tout à un sens ! », et ça on le comprend très vite en découvrant l’histoire de Morad Attik, co-fondateur de Evolukid, une plateforme de contenus sur le numérique et les sciences pour petits et grands ! 

Après avoir grandi dans le quartier de Beauval à Meaux, il suit les traces de son grand frère ingénieur, et rentre en prépa. Rapidement il se rend compte que ce qui l’anime vraiment, c’est l’enseignement, il change donc son fusil d’épaule et devient professeur de mathématiques...mais quelques années plus tard, cela ne lui suffit plus. Et il se lance alors dans l'entrepreneuriat.

L’entrepreneuriat, ce n’était pas votre premier choix ?

Non ! J’ai d’abord enseigné les mathématiques dans plusieurs établissements en France et à l’étranger, notamment en Syrie et en Egypte. Ce n’est donc qu’à mon retour en France en 2015, que mon frère Rabah et moi avons commencé à imaginer un projet à mi-chemin entre nos deux univers.
Lui, c’est l’ingénieur de la famille, moi le pédagogue. On s’est donc dit qu’il y avait un marché à prendre dans le coaching scolaire, et notamment autour de l’accompagnement des jeunes. C’est comme ça que Solarius, notre première entreprise, est née !

Pas facile de passer de la casquette de prof à celle d’entrepreneur !

A qui le dites-vous ! Je n’y connaissais absolument rien en création d’entreprise. Avec mon frère nous n’avions aucune stratégie, aucune connaissance en marketing ou autres. Mais ça ne nous faisait pas peur ! Après tout, j’avais passé tout le début de ma carrière à enseigner les maths à des jeunes qui pensaient ne rien connaitre sur le sujet. Alors j’ai fait comme avec eux, j’ai repris les choses à la base, en me formant !

Racontez-nous comment est née Evolukid, votre deuxième entreprise ?

A l’époque, le programme de Solarius proposait un diagnostic gratuit. Je me déplaçais donc chez les élèves afin de déterminer avec eux, et leurs parents, la meilleure façon de les accompagner.
Un jour, dans le cadre d’un diagnostic, j’ai fait la connaissance d’Ylies, un jeune en échec scolaire qui était INDECOLLABLE de son PC !
Rapidement, je lui ai proposé un stage dans notre entreprise, afin qu’il puisse mettre à profit sa passion pour l’informatique. Mon frère lui a donc appris à coder, et en une semaine Ylies avait déjà un niveau semblable à celui d’un élève de prépa (par la suite, il est d’ailleurs parti poursuivre ses études aux États-Unis !).

Ça a été une sorte de révélation pour nous ! Il fallait se lancer et proposer un parcours d’apprentissage du coding dès le plus jeune âge !

Mais le code, ça parle beaucoup aux jeunes ?

Depuis 2016 le code est entré dans le programme scolaire donc pour les jeunes ce n’est pas vraiment un univers inconnu… En revanche, c’en est un pour leurs parents qui font parfois barrage à cette nouvelle matière. J’ai notamment fait face à des parents qui trouvaient inutile que leurs petites filles apprennent à coder sous prétexte que “c’était une matière réservée aux garçons”.

Pourtant, dès les premiers cours, on se rend rapidement compte des bénéfices de ce programme sur les jeunes ! Ça révèle des vocations, notamment dans l’entrepreneuriat.

D’ailleurs, pourquoi votre frère a-t-il choisi d’intervenir sur la tournée Entrepreneuriat Pour Tous ?

On nous a toujours enseigné à Rabah et moi, que « ce qu’on a pris, il faut savoir le redistribuer », et je pense que c’est tout l’intérêt d’initiatives comme Entrepreneuriat Pour Tous.
Certains jeunes sont entrepreneurs sans même s’en rendre compte ! C’est souvent du système D, de la bidouille, mais malgré tout, ils ont des idées pleins la tête et l’envie d’entreprendre. Cette tournée a donc été l’occasion pour mon frère de les conseiller et de les encourager à se professionnaliser.
S’ils veulent revendre des t-shirts, pas de problème, mais alors qu’ils le fassent correctement, avec les bons outils et les bons accompagnateurs, pour enfin se donner les moyens de leurs ambitions !

Justement ! Pourriez-vous nous donner un conseil que vous auriez aimé recevoir à vos débuts ?

Quand on parle d’entrepreneuriat, on a souvent tendance à dire aux gens qu’il faut foncer…Mais je pense qu’il est aussi très important de prendre le temps de préparer son projet et de ne pas partir tête baissée.

Et surtout il ne faut jamais arrêter d’apprendre !

Les prochaines dates de la tournée Entrepreneuriat Pour Tous :

PARTAGEZ CE DOSSIER