Qu'est-ce que le V.T.E ?

VTE : 5 questions au patron de Sodistra sur ses bénéfices

Depuis le lancement du Volontariat territorial en entreprise en mai 2019, une centaine d’entreprises ont signé la charte, avec pour objectif de rapprocher les jeunes diplômés des territoires d’industrie. Erwan Coatanea, président de Sodistra revient sur les bénéfices de ce type de contrat.

S’appuyer sur le savoir-faire des jeunes talents. Depuis 1971 Sodistra conçoit, fabrique et distribue des solutions industrielles haut de gamme pour garantir la qualité de l’air. En 2013, Erwan Coatanea rachète l’entreprise et lance trois ans plus tard sa digitalisation. Un chantier considérable, sur lequel l’entrepreneur a décidé de missionner Nicolas, dernière recrue qui vient de signer son contrat VTE.

Vous vous êtes engagé dans le mouvement de La French Fab, à présent le VTE, pourquoi ?

L’industrie a besoin de bouger, de se faire connaître de se faire reconnaître. La French Fab, le VTE constituent autant d’opportunités pour cela. Lever l’étendard de La French Fab en 2017 et désormais signer la charte VTE était pour moi une évidence. Si l’on n'avance pas, on recule n’est-ce pas ?

Recruter un VTE va donc vous aider donc à avancer ?

Nous avons besoin de faire monter nos équipes en compétence, d’intégrer de nouveaux talents en complémentarité avec ceux qui, au cœur de nos entreprises, n’ont besoin que d’une étincelle, d’un prétexte pour émerger et se révéler. Nicolas, que nous avons embauché en tant que VTE va être un réel booster sur un sujet bien précis et essentiel : la digitalisation de notre production.

Que vous apporte Nicolas au quotidien ?

Nicolas, qui vient tout juste de sortir diplômé des Arts et Métiers, souhaitait se diriger vers l’accompagnement en digitalisation et numérisation des entreprises. Notre rencontre a généré cette envie commune de travailler pendant un an sur celle de Sodistra pour lui donner un nouvel élan. Il nous apporte un œil neuf, grâce à ses compétences “dernière génération” qui bouscule l’évidence ou la certitude, nous remet en question et nous amène de la pertinence dans l’appréhension de la solution. C’est une réelle bouffée d’énergie pour échanger et faire évoluer notre réflexion.

Vous conseillez donc aux entreprises de signer un VTE...

Bien sûr ! Un grand nombre de TPE/PME n’ont pas les moyens de supporter de manière durable la charge d’une compétence de haut niveau. Le VTE n’est pas un contrat classique. Il faut être honnête, le marketing qui accompagne le sujet, donne l’opportunité d’attirer les regards des jeunes diplômés sur nos PME-ETI et de leur proposer une expérience responsabilisante aux côtés d’un dirigeant. Sans cet emballage, ils passeraient sans doute sans regarder ou sans s’arrêter.

A la fin du contrat, comment imaginez-vous la suite ?

Il reviendra vers nous, peut-être. Dans le fond, j’en suis certain. L’image du secteur industriel est en train de changer. Et ce type d’actions y contribue, alors accélérons.

Sodistra en chiffres

  • Création : 1971 
  • CA 2019 : 9 M €
  • 46 collaborateurs
  • Présence à l’export : 40 pays

PARTAGEZ CE DOSSIER