3 atouts et 1 défaut : la vision de la France de Xavier Niel

Le fondateur du groupe Iliad était sur la scène du Bang lors de la 7e édition de Big pour partager son attachement au modèle français et son ambition pour son avenir.

  • News
  • Big
  • Entrepreneuriat
  • Articles
  • 24 novembre 2021
  • Temps de lecture: 2 min
Xavier Niel à Big
Xavier Niel sur la scène du Bang le 7 octobre 2021

« On vit dans un pays incroyable » clame d’entrée de jeu le patron de Free. Dans son discours de moins de 10 minutes, Xavier Niel partage les trois raisons pour lesquelles, selon lui, entreprendre en France est une chance. Sans oublier de souligner « le défaut » qui caractérise encore trop souvent les projets entrepreneuriaux français. Retrouvez 4 points clés de sa prestation. 

Une formation de qualité 

« On a accès à une formation de grande qualité quasi gratuite. Vous pouvez aller partout dans le monde, vous trouvez toujours des entrepreneurs français à des top niveaux. Il n’y a pas une entreprise de la Silicon Valley qui n’a pas ses Français. Nous avons de grands talents pour réaliser de grands projets. »

Un accès au financement 

« Notre modèle social est génial, aujourd’hui on peut se planter et continuer à vivre. Ce n’est pas un risque de créer son entreprise. On a un modèle de financement qui marche incroyablement bien. Tous les fonds d’investissement du monde viennent à Paris pour investir dans nos activités. »

Un modèle social protecteur

« On a un Etat protecteur qui subventionne la totalité de l’économie et y compris la création d’entreprise. Ça n’existe nulle part ailleurs ! Ce modèle est incroyable. » 

Un manque criant d’ambition 

« Notre manque d’ambition saute aux yeux. Nos ambitions sont étriquées, locales. Or, on a besoin d’ambition pour créer les entreprises qui vont créer des emplois qui vont permettre la préservation de notre modèle social. Quelle que soit votre idée vous pouvez être en compétition avec n’importe lequel des grands acteurs. Ils ne sont pas incontournables, on peut les battre, c’est notre devoir d’entrepreneur. »