Agritech : les startups deeptech qui transforment le secteur

Les startups deeptech regorgent de solutions innovantes pour mettre les innovations de rupture au service de la transformation de l’agriculture et faire face au défi de la transition écologique. Découvrez, au travers d’un mapping, l’écosystème français des startups deeptech en agriculture.

  • Actus
  • Agro-Alimentaire
  • Bpifrance
  • Deeptech
  • Innovation
  • Articles
  • Nationale
  • 09 décembre 2020
  • Temps de lecture: 2 min

Comment nourrir 10 milliards d’individus en 2050 avec des ressources naturelles limitées ? Pour répondre à cet enjeu, les startups deeptech françaises de l’agritech capitalisent sur les derniers résultats de la recherche pour proposer des innovations de rupture et apporter des solutions plus performantes et respectueuses de l’environnement. Entre nouvelles méthodes de protection et de santé des plantes, agroéquipement et outils d’aide à la décision (OAD) à la pointe de l’innovation, ces startups transforment le secteur agricole afin de répondre aux enjeux liés à la préservation de l’environnement et d’accès à une alimentation de qualité.

Pour favoriser l’émergence de ces solutions, le gouvernement a lancé le Plan Deeptech en 2019. Opéré par Bpifrance, il vise à accompagner la création et la croissance des startups deeptech en leur apportant des financements et un accompagnement dédié. Ainsi, forte d’une recherche d’excellence et dotée d’un écosystème de financement public et privé, la France - déjà première puissance agricole européenne - dispose de tous les atouts pour devenir une championne de l’agritech.

Mapping des startups deeptech en agriculture

Découvrez, à travers notre mapping, les startups qui constituent le paysage de la deeptech agricole française. Celles-ci sont classées selon 3 catégories : biocontrôle et procédés, production, agroéquipement et OAD.

 

Source : Observatoire Deeptech de Bpifrance

  • Biocontrôle et procédés

Les startups deeptech de cette catégorie utilisent des méthodes de protection et de santé des végétaux et des animaux à l’aide d’organismes vivants, substances ou mécanismes naturels. Biocontrôle / biostimulation (majorité des startups représentées) ou phytorémédiation (Biomede). Ces procédés permettent de concilier production agricole et biodiversité.

  • Production

Ces startups deeptech développent des procédés de production animale ou végétale novateurs pour répondre à des enjeux majeurs tels que l’augmentation de la demande mondiale en protéines : microalgues (Inalve, Nenuphar), insectes (Ynsect, Cycle Farms, Innova Feed, Nutri’Earth) ou même gambas (Agriloops, Lisaqua), et viande cultivée (Gourmey). Ainsi ces entreprises proposent des alternatives pour répondre aux enjeux agroalimentaires d’aujourd’hui et de demain.

  • Agroéquipement et OAD

Les startups deeptech d’agroéquipement sont classées en deux catégories :

- Celles qui produisent du matériel et équipement de haute technologie pour développer l’agriculture de précision : systèmes automatisés (Ombrea, GreenHouseKeeper), robots (Naïo Technologies, Syha, Toutilo, Instar Robotics), drones et satellites (Chouette, Spacesense, Delair Tech),

- Celles qui qui proposent des capteurs et procédés d’analyse de données pour le monitoring et l’optimisation des cultures et élevages : aide à la décision (Biosco, Fruition Sciences, Greenshield, Inarix, Weenat, Javelot, Carbon bee, Sencrop, Cybeltech ), gestion des élevages (Copeeks, Biopic, Lituus, Dilepix), ou encore traçabilité (Connecting Food, Biotraq).

A propos de l’Observatoire Deeptech :

Bpifrance analyse et suit en continu la création et la croissance des startups deeptech en France, sous forme d’observatoire. Son positionnement à la croisée du transfert technologique, du financement de l’innovation et de l’investissement en capital risque, en fait l’acteur désigné pour comprendre, anticiper et partager les tendances de fonds de l’écosystème deeptech.

Article rédigé par la Direction Deeptech de Bpifrance et Ariane Voyatzakis, responsable du secteur agroalimentaire chez Bpifrance.