Alma lève 49 millions d’euros pour accompagner les mutations du commerce

Alma, la fintech française spécialiste du paiement fractionné et différé, vient de lever 49 millions d’euros afin d’accélérer son développement en France et à l’international.

  • Actus
  • Bpifrance
  • Fintech
  • Investissement
  • Île-de-France
  • 01 février 2021
  • Temps de lecture: 2-3 min
cest quoi cet invest vignette

Démocratiser le paiement en plusieurs fois. C’est l’ambition d’Alma, une jeune fintech qui propose des solutions de paiement alternatives à la fois pour les commerçants et les consommateurs. Grâce à son expertise technique et financière, et un nouveau tour de table de 49 millions d’euros, la startup souhaite accompagner les commerçants, éprouvés par les conséquences économiques de la crise sanitaire.

L’histoire de la boîte

Fondée par Louis Chatriot et Guillaume Desloges en 2017, Alma est une fintech française qui propose des solutions de paiement fractionné et différé à destination des commerçants et des consommateurs. L’ambition de la startup francilienne : innover pour proposer aux marchands un moyen d’augmenter leurs ventes et la satisfaction client, tout en offrant aux consommateurs une maîtrise accrue de leur budget.

Le concept qui cartonne

 

Afin de lever les freins du paiement à l’achat, Alma a décidé d’élargir son offre de services avec Pay Later. Cette solution de paiement différé permet aux clients d’acheter des biens immédiatement et de les payer ultérieurement, de deux semaines à un mois après l’acte d’achat. Côté commerçant, cet outil offre la possibilité d’attirer et fidéliser les consommateurs malgré un contexte économique difficile
Cette solution a déjà convaincu de nombreux marchands, comme la marque de mode La Fée Maraboutée, l’enseigne de prêt-à-porter Jane de Boy, ou encore la marque de lunettes Le Petit Lunetier, qui proposent à leurs clients le paiement différé, aussi bien en ligne qu’en magasin.

L’invest à la loupe

Un an après une levée de fonds en série A de 12,5 millions d’euros, la fintech poursuit sa croissance avec un nouveau tour de table de 49 millions d’euros en série B. Mené par le fonds d’investissement Cathay Innovation, il est complété par Idinvest, Bpifrance via son fonds Large Venture, Seaya Ventures et Picus Capital.

La vision de l’avenir

 

« La confiance en notre vision du commerce, témoignée par nos investisseurs à travers ce nouveau tour de financement nous permet de poursuivre le développement de notre offre de services, dans le but de rendre les facilités de paiement accessibles à toujours plus de marchands et de consommateurs », explique Louis Chatriot, cofondateur et CEO d’Alma dans un communiqué. Avec cette nouvelle levée de fonds, Alma compte donc accélérer son développement en France et à l’international, notamment en accompagnant les marchands qui réalisent leurs ventes en France et dans plusieurs pays en Europe.
Pour atteindre ces objectifs l’entreprise compte tripler ses effectifs et le nombre de marchands utilisant ses services.

L’œil de l’invest’

« La croissance du marché du paiement fractionné et différé s’accélère avec une nécessité des commerçants de s’adapter aux nouveaux usages afin d’améliorer leur taux de conversion. Alma est très bien positionnée pour répondre à ces besoins et devenir un leader du paiement français. Nous sommes impressionnés par l’exécution de la société et de ses équipes depuis deux ans », déclare Olivia de la Rivière, Growth Equity Investor au sein du fonds Large Venture de Bpifrance.

Le fonds Large Venture

Doté de 1,75 Md€, Large Venture est le fonds de venture growth de Bpifrance dédié aux sociétés technologiques à très fort potentiel, ayant pour objectif de favoriser l’émergence de champions français, futurs leaders mondiaux de leurs marchés. Large Venture est actif dans la gouvernance et a une vision long terme. Il est toujours dans une démarche de co-investissement avec un positionnement de lead ou de suiveur. Large Venture participe à des levées de plus de 20 M€ avec un premier ticket minimum de 10 M€. Le fonds a déjà investi dans plus de 55 sociétés depuis sa création en 2013.