Alsace : l’innovation inscrite dans les gènes !

Etat des lieux de l’innovation en Alsace, une région française riche en PME et ETI industrielles. Découvrez l'Interview d'Alban Stamm, délégué innovation Alsace Bpifrance

  • Actus
  • Temps de lecture: 4 - 5 min
Alban Stamm, délégué innovation Alsace Bpifrance

1) L’Alsace est-elle une région innovante ?

L’Alsace est historiquement une région industrielle où l’innovation technologique fait partie des gènes. De nombreuses PME et une centaine d’ETI industrielles en sont le moteur principal.

Sa proximité avec l’Allemagne et la Suisse confronte en permanence les entreprises alsaciennes à une compétition internationale, les poussant à innover pour se différencier. Cela favorise aussi les échanges internationaux et les projets de recherches collaboratifs. Ainsi chaque année une vingtaine de projets européens sont initiés.

Certaines spécialités se sont particulièrement développées, notamment dans le domaine médical. La proximité de grandes entreprises (Sanofi, Roche, Novartis…), de centres de recherche/formation d’excellence (IRCAD, Hôpitaux Universitaires, IHU (Institut Hospitalo-Universitaire)…) et du pôle de compétitivité Alsace Biovalley stimulent naturellement les projets d’innovation et la création de Start-up. Aujourd’hui, plus de 120 sociétés sont membres d’Alsace Biovalley !

Avec 3 autres pôles de compétitivité (Véhicule du Futur, Fibre/Energie Vie, Hydreos), l’Alsace est aussi fortement présente dans des thématiques telles que le bâtiment à énergie positive, fibre, l’industrie automobile et l’eau. Elle compte par ailleurs 9 grappes/initiatives clusters sur d’autres sujets (TIC avec Alsace Digitale et Rhenatic…).

D’autres structures plus généralistes accompagnent les projets d’innovation en fonction de la maturité des projets. Première SATT (Société d’Accélération du Transfert de Technologies) de France, Conectus valorise la recherche auprès des entreprises, elle favorise aussi la création de start-up à fort potentiel. L’incubateur régional Semia assure, de son côté, l’accompagnement des jeunes entreprises et Alsace Innovation, celui des sociétés plus matures.

Le territoire alsacien est reconnu sur le plan international pour son pôle d’excellence en matière de formation et de recherche. Il compte avec fierté 4 prix Nobel. C’est aussi le 3e site français en matière d’attractivité de chercheurs, plus de 5 000 chercheurs sont répartis sur les 2 universités alsaciennes. L’une d’elle, l’université de Strasbourg se classe au 95e rang au classement de Shanghaï. Les 3 organismes de recherche publique (CNRS, INRA, INSERM) et les 6 Centres régionaux d’innovation et de transfert de technologie (CRITT) complètent ce maillage. Un véritable vivier de compétences (60 000 étudiants et 14 grandes écoles) mis à disposition des entreprises : un potentiel brut d’innovation.

Chaque année, 35 projets de création d’entreprise participent au Concours national de l’innovation du MENESR (ministère de l'Education Nationale, de l’Enseignement Supérieur et de la Recherche). En 2014, 6 projets ont été lauréats dont 50 % dans le médical et issus des universités.

Par ailleurs, les investissements d’avenir (PIA) financent 85 projets pour 1,6 Mds d’euros, renforçant l’écosystème de l’innovation. L’Alsace a notamment obtenu un des premiers IDEX français (Initiative d’Excellence dans le cadre du PIA, 750 M€) qui vise à faire émerger en France des pôles d'excellence d'enseignement supérieur et de recherche de rang mondial. Celui-ci compte 18 laboratoires d’excellence.

2) D'une façon plus générale, comment favoriser l’innovation en France ?

Les pouvoirs publics et les collectivités territoriales ont un rôle important à jouer pour créer un terreau favorable à l’innovation. Créateur de valeur pour le pays, les entreprises et laboratoires doivent être associés à ces démarches. Cela doit être mené en mode collaboratif, pour répondre aux besoins des marchés. Voici quelques pistes de réflexions basées notamment sur certaines réalisations alsaciennes :

- Sensibiliser très tôt à l’innovation : un mode de pensée à développer lors des études scolaires, en intégrant des modules sur les enjeux de l’innovation, de l’idée au marché. En Alsace, une formation de management de l’innovation pour ingénieurs/docteurs a par exemple été créée pour permettre de répondre aux besoins de gestion de projets high-tech. À leur sortie, un grand nombre de diplômés intègrent l’incubateur régional et des start-up, permettant d’assurer une gestion de projet plus efficace.

- Rendre plus visible les écosystèmes innovants, leurs spécialités et y apporter les briques manquantes afin de permettre aux entreprises d’accélérer leur lancement d’innovation. C’est bien là tout l’enjeu de la French Tech (Label, accélérateur…) 

- Fédérer des réseaux de compétences d’excellence, accessibles aux entreprises. Un facteur clé de succès pour une entreprise est : l’équipe dirigeante et son réseau. Tous les acteurs alsaciens l’ont bien intégré et poussent dans le même sens. Le couple de profil business/métier est recherché dans l’équipe dirigeante et/ou des profils facteurs clés de succès dans le board de l’entreprise (leaders d’opinion, dirigeants de grands groupes avec des réseaux internationaux sur les marchés visés…). L’atteinte de l’idée au marché s’en trouve considérablement accélérée !

- Dupliquer et amplifier les modèles qui marchent. Fondée en 1994, l’IRCAD (Institut de Recherche contre les Cancers de l’Appareil Digestif) a développé une expertise de pointe dans le domaine de la chirurgie mini-invasive, chirurgie du futur, générant progressivement tout un écosystème d’excellence dans ce domaine. Aujourd’hui, 4 300 chirurgiens du monde entier viennent chaque année se former, utilisant des technologies de pointe développées par un ensemble d’entreprises fédérées par l’IRCAD. Une université virtuelle de formation « Websurg » (plateforme web éducative) a par ailleurs été développée. La dynamique a donné naissance à un IHU pour connecter toute la chaine de valeurs, de l’innovation au service premium rendu au patient.

- Simplifier et optimiser l’existant. À l’image d’une application d’un smartphone, le pré-diagnostic INPI apporte par exemple une première réponse simple, gratuite, rapide et efficace aux stratégies de propriété intellectuelle d’entreprise. D’autres outils permettent par la suite d’approfondir l’élaboration d’une véritable stratégie de propriété intellectuelle intégrée dans la stratégie de développement d’entreprise. On pourrait très bien imaginer des pré-diagnostics dans d’autres domaines de compétences à forte valeur ajoutée (normes et réglementation, design...) permettant d’anticiper certaines problématiques stratégiques pour l’entreprise innovante.

- Développer le continuum de financement de l’idée au marché. En Alsace, on peut citer la création du fond d’amorçage interrégional Cap Innov'est (avec la Bourgogne et la Franche Comté). Géré par Alsace Capital, il est doté de 36 m€ dont 20 m€ apportés par Bpifrance pour le compte de l'état dans le cadre du PIA. Le développement de plateformes crowdfunding (appelé également financement participatif) est aussi une source de financement intéressante qui a l’avantage en plus des moyens apportés, de valider l’intérêt de l’idée par le marché potentiel. En plus de l'effet de levier généré, l'intervention en fonds propres a un effet structurant pour une entreprise et peut aussi apporter un réseau. Les prêts participatifs Bpifrance en amorçage (en partenariat avec la Région Alsace) et au lancement industriel/commercial contribuent largement à structurer et doper l’innovation à des phases critiques du financement… D’autre part, on pourrait aussi imaginer une réduction fiscale focalisée sur l’amorçage. Celle-ci serait incitative pour les investisseurs/particuliers, là où le risque est élevé et le financement plus rare pour une entreprise.

- Faire converger les actions des acteurs de l’innovation. Dans le cadre de la Stratégie Régionale de l’Innovation, la Région Alsace fédère tous les acteurs opérationnels de l’innovation pour une meilleure coordination des actions. Un maillage pour identifier et accompagner les entreprises dans leur développement par l'innovation.

Les succès de l’innovation doivent être valorisés en actions marketing et communication… pour renforcer la visibilité globale et développer la dynamique de l’innovation, source majeure de création de valeur. Les TIC (Technologies de l'Information et de la Communication) sont un moyen puissant pour se rendre plus visible et fédérer les équipes autour des actions.

3) Enfin, avez-vous connaissance d'un classement des régions innovantes en France ?

Il existe des indicateurs d'innovation. L’Alsace est par exemple la 10e région française pour la dépense intérieure de R&D  (DIRD) par rapport au PIB et la 5e pour les dépôts de brevets européens. La croissance du nombre d’entreprises innovantes est supérieure à la moyenne nationale (de 5 à 8 %). Les indicateurs Bpifrance vont dans le même sens.

L’Alsace est une région innovante, inscrite dans une dynamique d’innovation ! Une demande de label French Tech est d’ailleurs en cours, une brique supplémentaire pour accentuer la visibilité des entreprises alsaciennes et son écosystème.