ASEAN & TEE : quelles opportunités pour  les entreprises françaises ?

Après s’être attaqué aux besoins des populations locales en matière de santé, de nouveaux enjeux prioritaires et stratégiques s’imposent en matière d’impact environnemental pour la zone ASEANO : l’eau et l’énergie. 

  • International
  • Nationale
  • 13 août 2019
  • Temps de lecture: 2 min

Disposant d’un réel attrait pour les nouvelles technologies, notamment dans les secteurs de l’eau et l’énergie, la zone ASEANO(Asie-Pacifique), grâce à une politique économique très ouverte sur le marché français, propose de nombreuses opportunités aux entreprises et startups qui souhaitent s’engager dans cette voie.  

L’eau et de l’énergie : des secteurs prioritaires

Avec l’une des croissances moyennes les plus fortes et régulière de toutes les zones émergentes, l’ASEANO doit plus que jamais répondre à de nouvelles préoccupations sanitaires et environnementales.  
La croissance de la population, son urbanisation soulèvent de nombreux défis. La région est de plus particulièrement vulnérable aux effets du changement climatique.

Les filières de l’eau et de l’énergie sont donc devenues des secteurs prioritaires et de nombreuses opportunités se présentent pour les entreprises souhaitant entreprendre dans la TEE :

Pour Géraldine Mabille, responsable du bureau Business France du Myanmar et référente sectorielle « transition énergétique », la région présente de très nombreuses opportunités pour les solutions Made In France.

Les enjeux régionaux sont variés. Si certains marchés sont matures (Singapour, Australie, Nouvelle-Zélande, Malaisie) et à la recherche de solutions techniques de pointe pour améliorer leur consommation d’eau et d’énergie ; d’autres marchés en développement (Indonésie, Vietnam) expriment des besoins pour des solutions de production (eau potable, énergie) robustes et adaptées à leurs spécificités (insularité, zones rurales, risques environnementaux).

Dans la région, ce sont les institutions publiques qui sont devenues des partenaires clés grâce à leur capacité à mettre en place une stratégie de développement urbain et rural à grande échelle. Pour les pays en développement, on notera la présence de nombreux bailleurs de fonds, solides partenaires qui permettent aux entreprises françaises de se lancer sur des marchés, peu favorables à première vue.