Bionext modélise le développement des médicaments

L'entreprise strasbourgeoise marie les biotechnologies et des modèles mathématiques issus des technologies de l'information. Le but : mieux gérer les risques sur des investissements très lourds consentis par les laboratoires pharmaceutiques.

  • Etudes
  • Temps de lecture: 1 min

Bionext a mis au point et breveté des modèles de calculs qui permettent d'anticiper le mode de fonctionnement de tout candidat médicament. « L'enjeu est énorme pour la recherche et l'industrie pharmaceutique », relève Serge-Henri Albou, président-directeur général de cette jeune entreprise basée à Strasbourg. « La mise au point d'un médicament engage dix à quinze années de développement et mobilise 1,2 milliard d'euros de dépenses en moyenne », rappelle ce docteur en bioinformatique structurale. « Nous proposons de dé-risquer tout ce processus pour 100 dollars ».

1 million d'euros de levée de fonds

Le modèle économique de Bionext, qui vient de lever 1 million d'euros de capital auprès du fonds régional Cap Innov'Est et d'Alsace Business Angels, repose sur la vente de services en ligne, avec un paiement à l'acte ou par abonnement. La méthode intègre l'analyse massifiée des bases scientifiques partagées (big data) et les données « omiques », telles que la génomique et le séquençage de l'ADN à grande échelle, en voie de démocratisation depuis une dizaine d'années.

Prévoir les effets

Avec la puissance de calcul offerte par le cloud computing, les équipes de Bionext sont en mesure de prédire en une heure les effets désirés ou secondaires d'un candidat médicament. « Le digital sera au cœur de la révolution de l'industrie pharmaceutique et des biotechnologies », prévoit Serge-Henri Albou. L'entreprise (5 salariés), tout juste sortie de l'incubateur strasbourgeois Semia, entend s'installer cette année dans de nouveaux locaux afin de voler de ses propres ailes.