Bopp la Bretonne équipe les chalutiers chinois

Spécialisée dans la conception, la fabrication et la vente d'équipements de ponts mécaniques, hydrauliques et électriques, notamment pour les navires de pêche, cette société industrielle a signé un contrat de 3,5 millions d'euros avec une entreprise d'Etat chinoise.

  • Industrie
  • En région
  • Bretagne
  • 17 avril 2018
  • Temps de lecture: 2 min

Crises à répétition dans la pêche, baisse des commandes de bateaux : la société Bopp, créée en 1945 par Jacques et Emile Bopp, à Lanvéoc, sur la presqu'île de Crozon, en face de la rade de Brest, avait quelques soucis à se faire ces dernières années. Mais c'était sans compter le dynamisme de la nouvelle équipe dirigeante, son président, Louis Bopp, fils de Jacques Bopp, associé à Rémi Boënnec, son directeur général, les deux se partageant respectivement 64 % et 36 % du capital de la société. L'entreprise s'appuie déjà sur le tissu industriel local, et fournit notamment des équipements à tous les chantiers navals français, et compte notamment dans son portefeuille clients les Chantiers Piriou, une ETI française créée en 1965 et spécialisée dans la construction et la réparation navale, basée à Concarneau. Ainsi, après avoir signé un contrat en 2015 - « et la concurrence était rude ! », précise la société - elle a commencé, en mars 2017, la livraison d’une série de quatre treuils de 65 tonnes chacun pour l’équipement du programme Bâtiments de Soutien et d’Assistance Hauturiers (BSAH) destinés à la Marine Nationale. « Les plus gros treuils jamais construits par l’entreprise ! » s'enorgueillit Bopp.

Diversification

Mais elle décide également de viser l'international (elle a déjà travaillé en Irlande, en Ecosse, au Maroc...) et la Chine en particulier, et se diversifie. En 2011, Bopp crée ainsi une filiale Bopp China, dans le but d'être au plus près des clients chinois. BOPP commence à travailler en Chine avec l’équipement de Supply Vessels, navires spécialisés dans l’assistance aux plateformes pétrolières. A ce titre, Bopp réussit à décrocher des contrats d’équipement de pont électriques pour le Groupe Bourbon, une entreprise française de service maritime. La crise du secteur offshore met fin aux constructions de ces navires spécialisés. Bopp décide alors de promouvoir sur le marché chinois ses produits navires de pêche et cible commercialement les grands armements de la zone. Enfin, la consécration arrive. Certes, il a fallu s'armer de patience. Près de deux ans de négociations, initiées après la visite, sur la presqu'île, d'une délégation chinoise de la CNFC (China national fisheries corporation, la société d'État qui gère la pêche à l'étranger, comptant 400 bateaux), le contrat est enfin signé à la fin de l'année dernière. Et là aussi, face à la concurrence, espagnole, en l'occurrence, dans l'appel d'offres... Bopp fournira des équipements pour 19 chalutiers de l'entreprise chinoise, le tout assorti d'un contrat d'un montant de 3,5 millions d'euros. De quoi donner du travail aux 60 salariés de Bopp.