Climat : la TEE au cœur des enjeux de demain

Communauté du Coq vert : un engagement pour le climat

Convaincu que la mise en réseau et le partage d’expérience entre pairs sont indispensables à la réussite entrepreneuriale, Bpifrance et l’ADEME ont lancé la communauté de Coq vert. Leur ambition : créer une émulation collective en faveur de la transition écologique et énergétique (TEE).
 

Plan Climat

Climat cherche patrons militants. C’est le mot d’ordre de la communauté du Coq vert. Créée en partenariat par le Ministère de la Transition Écologique, l’ADEME (l’agence de la transition écologique) et Bpifrance –  dans la continuité du Plan climat lancé en 2020 – elle regroupe les entreprises engagées dans la TEE. Cette communauté vise à réunir éclaireurs (ambassadeurs de la communauté participant activement à la diffusion de ses valeurs) et entrepreneurs convaincus de la nécessité d’agir, ayant déjà entamé leur transition, cherchant à être informés et accompagnés par leurs pairs.  

S’engager ensemble  

La communauté du Coq vert fédère et fait résonner les réseaux locaux d’entrepreneurs engagés en faveur de la transition écologique. « J’ai décidé de rejoindre la communauté du Coq vert car, je crois que face à l’ampleur et l’urgence du défi climatique, c’est ensemble que nous allons pouvoir accélérer la transition. », explique Alexandra Mathiolon, la dirigeante de  SERFIM, une ETI familiale et indépendante spécialisée dans les travaux publics (énergies, eau, routes, ouvrages d’art), l’environnement (dépollution, recyclage, énergies renouvelables), l’industrie et l’immobilier. Une vision partagée par Alexis Nollet. « Nous avons la conviction que faire réseau, s’engager ensemble, c’est le seul moyen de faire vraiment bouger les choses », clame le co-fondateur du projet Ulterïa. Situé aux abords de Saint-Bris-le-Vineux dans le Grand Est, cet écosystème comprendra sur un même site l'usine Mobilwood, une chèvrerie, une exploitation en permaculture, une école Montessori, une maison éco-citoyenne, ainsi qu’un centre de formation.

A l’instar d’Alexandra Mathiolon ou d’Alexis Nollet, les membres de la communauté prennent de multiples engagements :

  • limiter les dérèglements climatiques et restaurer la biodiversité afin de préserver les services écosystémiques ; 
  • faire de la transition écologique une nécessité pour la pérennité de son entreprise ; 
  • fédérer et mobiliser les communautés d’entrepreneurs localement ;
  • mettre en place une stratégie contribuant significativement aux enjeux de protection et de préservation de la biodiversité et des écosystèmes, de transition vers une économie circulaire, d’adaptation au changement climatique, de prévention des pollutions et d’utilisation durable des ressources naturelles, etc.  

Des ressources et des moyens pour croître durablement

Pour accompagner la mise en œuvre de ces engagements, Bpifrance et l’ADEME proposent un ensemble d’outils concrets. Formations en ligne, webinaires ou encore veille documentaire sont accessibles en exclusivité aux membres de la communauté du Coq vert. Afin de favoriser les échanges de bonnes pratiques, des événements physiques et digitaux sont également organisés.  Enfin, un appui opérationnel dans la communication des membres est proposé afin de rendre plus visible leur implication en faveur du climat.

Une démarche que le dirigeant du fournisseur industriel Gaston Perrollaz, qualifie d’« innovante ». « Je pense qu’un chef d’entreprise, si on ne lui parle que d’écologie sans parler d’économie, ne mettra pas en place d’actions qui pourront l’amener vers l’écologie », ajoute-t-il. Pour Jean-Luc Moenne-Loccoz, comme pour les autres membres de la communauté, l’ambition est claire : accélérer, ensemble, pour croitre durablement. Bref, devenir des patrons militants !  

Télécharger le manifeste du Coq vert Rejoindre la communauté