Décarbonation du secteur agroalimentaire : le livre blanc

Alors que le secteur agroalimentaire est de plus en plus montré du doigt pour son impact sur l’environnement, Capagro et Early Metrics publient un livre blanc pour accompagner la décarbonation de l'industrie agricole et alimentaire.

  • Actus
  • Agro-Alimentaire
  • Articles
  • Nationale
  • 16 août 2021
  • Temps de lecture: 5 min
décarbonation

Selon le Giec (Groupe d'experts intergouvernemental sur l'évolution du climat), notre système alimentaire représenterait 21 à 37 % des émissions mondiales de gaz à effet de serre. Des chiffres qui reflètent les défis que doit relever l'industrie agroalimentaire : assurer la sécurité alimentaire d’une population mondiale croissante tout en réduisant son empreinte carbone pour préserver la planète.

Dans ce contexte, Capagro, le fonds français de capital-risque dédié aux entreprises innovantes de l’agriculture et l’agroalimentaire, et l’agence de notation de startups Early Metrics, ont analysé les innovations et les entreprises qui œuvrent pour la décarbonation du secteur agroalimentaire. Pour réaliser leur étude, ils se sont appuyés sur des avis d'experts des secteurs public et privé, comme Avril, Bpifrance, Dena, Groupement Les Mousquetaires, Naïo Technologies, Phenix, etc. Les résultats de leurs travaux sont réunis dans le livre blanc :  Decarbonisation of the agricultural and food industry*. Voici ce qu’on peut en retenir.

Un fort engagement européen au service de la décarbonation

Pour « promouvoir l’utilisation efficace des ressources en passant à une économie propre et circulaire » et « restaurer la biodiversité et réduire la pollution », la Commission européenne a lancé son Pacte vert pour l’Europe en 2019. Celui a été renforcé le 14 juillet dernier par 12 nouvelles mesures contraignantes afin de réduire les émissions de gaz à effet de serre de 55 % par rapport aux niveaux de 1990 d’ici à 2030.

Pour atteindre ces objectifs, l’étude révèle que l’Allemagne a adopté depuis 2019 une série de mesures afin de réduire l’empreinte carbone de l'agriculture, la sylviculture, la pêche et l'aquaculture. Le gouvernement allemand mise également sur des initiatives publiques centrées sur les énergies propres et l'efficacité énergétique. « Sans la pleine participation de l'industrie alimentaire, une grande partie de nos objectifs mondiaux de consommation nette zéro ne seraient pas atteints. Les nouvelles innovations, notamment dans le secteur de l'énergie, peuvent aider les industries à réduire leurs émissions et à atteindre leurs objectifs de décarbonation », explique Alexandra Khripko, spécialiste des startups dans le domaine des énergies renouvelables et de la mobilité chez Dena, l’agence allemande de l'énergie.

De l’autre côté du Rhin, les auteurs du livre blanc indiquent que le gouvernement français a quant à lui fait le choix de faciliter la décarbonation de l'industrie et de compléter les efforts du secteur privé. Bpifrance, dans le cadre du plan de relance, opère ainsi plusieurs initiatives pour accompagner les acteurs du secteur dans leur transformation. « L’État fournit le cadre, sous la forme de lois et de mesures incitatives, tandis que les entreprises privées peignent le tableau », analyse Benoit Calatayud, responsable sectoriel transition énergétique chez Bpifrance. Un point de vue partagé par Ariane Voyatzakis, responsable sectoriel agroalimentaire chez Bpifrance. Selon l’experte, la plupart des acteurs de l'industrie ont désormais compris que leurs problèmes environnementaux et commerciaux étaient liés. « L'énergie est une source de dépenses importante pour les grands groupes agroalimentaires. Par conséquent, l'amélioration de leur efficacité énergétique est alignée à la fois sur leurs objectifs de durabilité et de rentabilité, sans oublier la demande de leurs consommateurs pour des produits plus écologiques ».

Les startups : la clé de la décarbonation du secteur agroalimentaire ?

Ce qui réunit la France et l’Allemagne ? La conviction que les synergies entre les startups et les grandes entreprises sont nécessaires pour atteindre les objectifs de décarbonation.

Selon les auteurs de l’étude, « l'écosystème startup est une source précieuse de solutions pour la décarbonation du secteur agroalimentaire ». Mais les acteurs du secteur sont confrontés à de multiples défis. En premier lieu, les contraintes réglementaires qui freinent le développement de certaines innovations, comme la viande cultivée ou les protéines végétales. Viennent ensuite les importants besoins d’investissements en infrastructures des startups pour permettre la mise en œuvre de leurs solutions, comme par exemple le traitement des déchets ou la production d'aliments pour animaux sur site. Enfin, ce livre blanc démontre que les écosystèmes européens de l'agritech et de la foodtech ont besoin de mesures d’incitation financière et d’investissements de fonds privés et publics pour rattraper leur retard sur les marchés nord-américains et asiatiques.

Pour accélérer la transformation du secteur, les auteurs livrent plusieurs recommandations. Tout d’abord, accompagner la démocratisation du suivi et de l'audit des émissions de carbone. « Si elles possèdent une vision claire de leur empreinte carbone, les grandes entreprises pourront mieux hiérarchiser les solutions de décarbonation à adopter », expliquent-ils. Ils recommandent également aux leaders de l'agriculture et de l'alimentation de renforcer les liens entre leurs responsables de l'innovation, de la RSE et des équipes métiers concernées afin de créer une stratégie de décarbonation à l'échelle du groupe. Enfin, la clé de la décarbonation du secteur agroalimentaire se trouve, selon eux, dans la collaboration entre les startups, les grandes entreprises et les institutions publiques pour tenter d’atteindre la neutralité carbone dans la production agroalimentaire.

Aujourd’hui, les gouvernements européens mettent en place un nombre croissant d'incitations financières et de cadres stratégiques pour faciliter ces collaborations ainsi que l'adoption de nouvelles technologies. De leur côté, les consommateurs prennent de plus en plus conscience de la crise climatique. La demande de denrées alimentaires et de boissons respectueuses de l'environnement devrait donc continuer à croître en Europe, ce qui contribuera à la décarbonation du secteur.

Pour aller plus loin et découvrir les opportunités et les défis présentés par les nouvelles technologies à toutes les étapes de la chaîne de valeur, téléchargez le livre blanc en intégralité sur le site d’Early Metric.

* Décarbonation du secteur agroalimentaire