Deeptech : 47 % des startups passées par un office de transfert de technologie réussissent leur levée de fonds

Afin de favoriser les levées de fonds deeptech, Bpifrance a réalisé un panorama des pratiques d’entrée au capital des startups deeptech par les offices de transfert de technologie (OTT). On vous résume tous les résultats de cette étude en une infographie.

  • Actus
  • Bpifrance
  • Deeptech
  • Innovation
  • Investissement
  • Nationale
  • 27 mai 2021
  • Temps de lecture: 2 min
Deeptech

Les chiffres de l’Observatoire Deeptech sont clairs. Les startups deeptech qui passent par une structure de transfert de technologie ont plus de facilités à lever des fonds que les autres. En moyenne 47 % d’entre elles ont levé des fonds en sortant d’une structure de transfert, alors que celles qui se sont développées seules ne sont que 23 % à l’avoir fait. C’est en tout cas ce que révèle le Panorama des pratiques d'entrée au capital des deeptech par les acteurs du transfert de technologie publié par Bpifrance.
À date, les levées de fonds effectuées par les startups issues des OTT se concentrent autour de la phase d’amorçage et de la série A – le pré-amorçage correspondant souvent à la maturation déjà engagée par la structure de transfert. Cela se justifie par leur positionnement très en amont sur la chaîne de financement et la mise en œuvre de la politique nationale de valorisation (Programme d’Investissement d’Avenir) depuis 2012.

  • Montants levés par les startups deeptech en France : 1,5 milliard d’euros levés en 2019, soit un bond de + 60 % par rapport à 2018.
  • Au niveau national : les startups deeptech françaises représentent 1/3 des levées de fonds, alors qu’elles représentent moins de 10 % des startups.

Quelle place pour les acteurs du transfert de technologie au capital des startup deeptech ?

 

Faire entrer les OTT au capital des startups deeptech

« Entrer au capital des startups innovantes n’est pas uniquement l’apanage des fonds d’investissement spécialisés. De nombreuses structures d’accompagnement (startup studios, incubateurs, accélérateurs...) mais aussi désormais la plupart des acteurs du transfert de technologie font le choix de s’associer aux entreprises qu’elles contribuent à créer. Leur rôle se poursuit dans le temps et peut ainsi donner lieu à des collaborations très riches. », affirme Paul François Fournier, directeur exécutif et directeur de l’innovation de Bpifrance dans la préface du Panorama. Ainsi, la présence au capital des acteurs du transfert peut faciliter le développement technologique des startups deeptech et rassurer les parties prenantes éloignées du monde de la recherche. En alignant les intérêts de tous les acteurs derrière le succès de l’entreprise, l’OTT actionnaire n’apparaît plus comme un centre de coût mais bien comme un partenaire à part entière. Un rapprochement significatif des acteurs du transfert et des fonds d’investissement apparaît donc essentiel pour mener à bien le Plan Deeptech et faire de la France une Deeptech Nation.