ELWAVE s'inspire de poissons tropicaux pour améliorer la détection sous-marine

ELWAVE, startup deeptech créée à Nantes en 2018, séduit déjà de grands industriels. Sa solution biomimétique est le fruit de dix années de recherches du laboratoire de biorobotique de l'Institut Mines - Télécom Atlantique.

  • Actus
  • Deeptech
  • Innovation
  • Portrait
  • Articles
  • Pays de la Loire
  • Innovation
  • 16 avril 2021
  • Temps de lecture: 2 min
elwave header

« Nous allons pouvoir accélérer le passage du prototype à l'industrialisation et enclencher notre commercialisation qui sera tournée vers l'international à 80 % », se réjouit Pierre Tuffigo, fondateur d'ELWAVE. Lauréate du concours i-Lab en 2019, la startup a levé 2 millions d'euros, notamment via un prêt d'amorçage de Bpifrance, fin 2020. Phase tremplin réussie.

L'ingénieur de 40 ans passé par le ministère de la Défense et Thales ne pouvait pas imaginer que son destin entrepreneurial se lierait un jour avec celui de poissons tropicaux. En effet, la solution qu'il développe s'inspire d'une rare faculté développée par certains poissons d'Afrique et d'Amérique du sud vivants dans des eaux boueuses. Pour se repérer dans des eaux sales et encombrées, ces derniers utilisent la perception sensorielle électrique, appelée plus couramment « sens électrique ». Aujourd'hui, la deeptech a pour ambition d'en doter des robots sous-marins pour les aider à « voir » en temps réel et à 360° sous les sédiments.

Le « sens électrique », en complément des caméras ou des sonars

Retour en arrière. Il y a quelques années, Pierre Tuffigo quitte son job parisien avec l'idée de retourner vivre dans l'ouest et de réaliser son rêve : lancer une entreprise innovante. « J'ai fait le tour des labos de recherche pour trouver une technologie à valoriser », raconte-t-il. Jusqu'à sa rencontre avec Frédéric Boyer, le directeur du laboratoire de biorobotique de l'Institut Mines-Télécom Atlantique. Ce dernier lui présente les résultats de plus de dix années de recherches ayant permis de créer une technologie inspirée de ces poissons d'eaux turbides. « Cela m'a tout de suite intéressé. J'ai lancé une étude de marché pour confirmer que cette solution pouvait répondre à des besoins industriels et j'ai reçu des réponses très encourageantes ».

Cette technologie de détection sous-marine biomimétique est, selon le dirigeant, unique au monde. Elle pourra venir en complément des caméras, magnétomètres ou sonars dont sont équipés les engins sous-marins. « Notre système crée une bulle de détection électromagnétique autour du robot sous-marin, explique Pierre Tuffigo. Quand un objet pénètre dans cette bulle, le champ électromagnétique se déforme. Le système le détecte et grâce à nos algorithmes, détermine la position de l'objet, sa taille, sa forme et même sa nature électrique : substance métallique, vivante, etc. ».

Les applications sont déjà bien identifiées. La solution d'ELWAVE intéresse déjà des acteurs de l’éolien offshore pour localiser et surveiller les câbles électriques enfouis dans les sédiments. La startup nantaise a ciblé quatre secteurs porteurs : l'énergie (éoliennes offshore et extraction pétrolière), la défense, les infrastructures portuaires et le dragage des estuaires. Elle a déjà signé plusieurs contrats de développement avec les leaders mondiaux du secteur, comme Total, Saipem, Subsea 7, Naval Group et d’autres. En parallèle, ELWAVE a tissé des partenariats avec iXblue ou ECA, deux grands noms du secteur sous-marin.

ELWAVE en bref

  • Startup deeptech fondée en 2018 par Pierre Tuffigo
  • Basée à Nantes
  • 10 employés et 15 prévus d'ici fin 2021
  • Lauréate du concours national d'innovation i-Lab 2019
  • 2 millions d'euros levés fin 2020