Entreprises agroalimentaires : « innover pour durer » - Les enjeux

Alors que l’innovation est un facteur clé de la compétitivité de l’industrie, quelle est la place de l’industrie agroalimentaire en France ? Focus sur les enjeux de secteur*

  • Portraits
  • Temps de lecture: 2 min

 "Filière d'avenir, l'agroalimentaire fait partie des secteurs prioritaires pour Bpifrance, dans sa mission d’accompagnement de la politique industrielle nationale. "

 

photoariane

Ariane Voyatzakis, responsable du secteur Agroalimentaire de Bpifrance, nous livre les enjeux et les tendances de l’industrie agroalimentaire.

L’agroalimentaire : un secteur stratégique pour la France

Avec une production de 65 Md€ en 2011, la France est le premier pays agricole européen. Son industrie agroalimentaire (IAA) est le premier secteur industriel français, en termes de chiffre d’affaires (161 Md€ en 2013) et d’emploi (493 000 salariés en 2013). Elle compte pour 17 % de la valeur ajoutée de l’ensemble de l’industrie manufacturière en 2010, devant la construction aéronautique, l’automobile ou la chimie.

Cependant, les 13 513 entreprises du secteur agroalimentaire, qui sont à 98 % des PME de moins de 250 salariés, consacrent seulement 1,8 % de leur valeur ajoutée à la R&D. Or, l’innovation est un facteur clé de la compétitivité de l’industrie, notamment à l’export, pour maintenir ou développer des avantages concurrentiels en termes de qualité ou de prix.

agroalimentaire

Conjoncture du secteur agroalimentaire en 2013

Baisse des revenus agricoles

En 2013, les prix des céréales, oléagineux et protéagineux baissent fortement, conséquence d’une récolte mondiale abondante. Les charges des agriculteurs poursuivant leur augmentation, leur résultat net marque un net repli de 16 %, après trois années de hausse.

Tensions dans les IAA

  •  la consommation alimentaire des ménages français a légèrement baissé
  •  le chiffre d’affaires des IAA françaises a progressé de 2,2 % en 2013
  •  les effectifs des IAA ont diminué de 0,8 % entre 2012 et 2013 soit plus de 4000 emplois perdus
  •  les défaillances dans les IAA ont fortement progressé de 3,6 % en 2013 avec 1486 faillites d’entreprises

Ces chiffres masquent néanmoins des disparités par filières avec des secteurs qui bénéficient notamment d’opportunités de marché à l’international alors que d’autres se trouvent en grande difficulté.

Regagner de la compétitivité

Face à un marché domestique atone, les industriels doivent chercher des relais de croissance à l’export.

La France n’est cependant plus que 4e exportateur mondial de produits transformés derrière les États- Unis, les Pays-Bas et l’Allemagne. Les exportations de vins & spiritueux, locomotives du commerce extérieur, ont pâti en Chine des nouvelles mesures de lutte contre la corruption, qui ont restreint la consommation des articles de luxe.

Par ailleurs, les IAA françaises accusent un retard dans l’automatisation et la robotisation de leurs usines, du fait aussi de produits moins standarisés, qui limitent la reproductibilité des opérations en série. Néanmoins, le « made in France » agroalimentaire peut se prévaloir d’une qualité et d’une sécurité de ses produits, comme en atteste l’investissement du chinois Synatra en Bretagne pour la production de poudre de lait infantile, en partenariat avec la coopérative Sodiaal.

*Source : Synthèse sectorielle agroalimentaire 2013 - Bpifrance