Global Industrie : l’industrie de demain en ordre de marche

Le grand rendez-vous tricolore des industriels a réuni, du 5 au 8 mars à Lyon, l’ensemble des acteurs de l’écosystème. Retour sur une rencontre au sommet riche en échanges et résolument tournée vers demain.

  • 11 mars 2019
  • Temps de lecture: 2 min

Né l’an dernier de la fusion de quatre salons (Smart Industries, Industrie, Midest et Tôlexpo), Global Industrie a attiré cette année pas moins de 45 000 visiteurs et 2 500 exposants dont 40 % d’internationaux, selon l’organisateur, GL Events. Toutes les filières, toute la chaîne de valeur et l’ensemble des acteurs du monde de l’industrie y ont pris part : des plus beaux fleurons de l’industrie tricolore aux start-up innovantes, en passant par les laboratoires de recherche, les sous-traitants et les équipementiers, venus des quatre coins de l’Hexagone pour faire des affaires, montrer leur savoir-faire et accélérer leur mutation vers l’industrie du futur.

La French Fab à l’honneur

Pendant les quatre journées du salon, les stands ne désemplissaient pas. Sur celui partagé par Bpifrance et La French Fab, les entrepreneurs ont pu s’informer tout au long de l’événement sur les solutions d’accompagnement proposées par Bpifrance pour aider les entreprises industrielles dans leur transformation numérique, écologique et énergétique. Sur ce même stand, des conférences se sont enchaînées pour décortiquer différents thèmes au cœur de l’industrie de demain : l’intelligence artificielle, la fabrication additive, le jumeau numérique1 … qui ouvrent tout un champ des possibles.
Autre temps fort, Le French Fab Tour qui, depuis le 15 janvier, sillonne la France pour promouvoir l’industrie tricolore, s’est invité, l’espace de deux jours, sur l’esplanade du parc d’exposition pour rencontrer les acteurs industriels d’aujourd’hui et de demain

 

Usine 4.0 et robots, vedettes de l’événement

L’industrie 4.0, un concept inventé en Allemagne en 2012, était visible aux quatre coins du salon. Une usine connectée éphémère grandeur nature a cette année encore été érigée pour illustrer le processus de fabrication intelligent. Cobots, digitalisation, jumeau numérique 3D, réalité augmentée… y étaient au service de toutes les phases de la production de médailles. Coup de projecteur également sur les robots industriels qui faisant leur show à l’intérieur de l’espace Robotics Show. Celui du fabricant allemand Kuka faisait la démonstration de son agilité en servant des pintes de bière, pendant que le robot poisson bionique de Festo reconstituait les mouvements de l’animal. Et il fallait longuement patienter pour accéder au stand de Capsix dont le robot masseur faisait le bonheur des visiteurs grâce aux démonstrations de ses massages décontractants. De quoi conforter la start-up lyonnaise dans son projet de location du robot aux entreprises au service du bien-être des collaborateurs.

One of the benefits of visiting #GILyon2019... a free #robotic massage! Via @Salon_GI@CapsixRoboticspic.twitter.com/0cfoMSrSiU

— Robot&AIWorld (@RobotAndAIWorld) 5 mars 2019

La robotique, une opportunité pour la France

La robotique, de fait, a le vent en poupe. Le marché mondial de robots industriels, tiré par l’Asie, a explosé en 2017, totalisant plus de 16 milliards de dollars de chiffre d’affaires soit 380 000 de robots vendus, d’après les statistiques de la Fédération internationale de robotique.