La médecine numérique expérimentée dans les Landes

Une plateforme expérimentale unique de e-santé va être lancée dans le département des Landes. L'idée : offrir des services à distance aux patients et aux professionnels de soins. Des technologies innovantes et une approche collaborative pour inventer la médecine du futur !

  • Bang
  • Temps de lecture: 2 min

Gérer la santé par téléphone ou internet

La future plateforme de services de santé sera accessible par téléphone ou internet : on pourra y prendre des rendez-vous, accéder à son dossier médical ou pharmaceutique, consulter ses résultats de laboratoire, recevoir des alertes pour ses prises de médicaments, ses rendez-vous… Les personnes atteintes de maladies chroniques pourront aussi y trouver une éducation thérapeutique, d'autres auront accès à une télésurveillance via des objets connectés. Enfin, les professionnels de soins présents auprès du patient pourront consulter son dossier via leur smartphone, échanger, ou demander l'avis d'un confrère spécialiste via la plate-forme.

Créer un réseau de e-santé

Ce projet a été retenu dans le cadre de l’appel d’offres national « Territoire de Soins Numérique » : l’ARS Aquitaine va ainsi recevoir 10 millions d’euros pour développer cette expérience. Il s'agit de répondre à une difficulté du département des Landes : très vaste et peu peuplé, il ne compte qu'un seul centre hospitalier, peu accessible pour une partie des habitants.
L’ARS Aquitaine a choisi d'innover : « notre idée est de rassembler tous les outils qui existent déjà en matière de e-santé, d’en inventer de nouveaux, de mettre tout cela sur une plateforme en ligne, accessible à la fois aux patients et aux professionnels de santé, détaille Michèle Dupuy, responsable du pôle programmes transversaux de l’ARS Aquitaine. » Ciblée sur le nord et l'est du département, l'expérience sera appuyée par une équipe de coordination.

Trois ans pour lancer et tester le projet

L’expérimentation s’achèvera fin mars 2017 : « l’appel d’offres technique devait être lancé fin 2014, les premières applications installées fin 2015. Il restera ensuite plus d’un an pour évaluer l’efficacité du projet et voir comment le pérenniser, notamment au niveau budgétaire », estime Michèle Dupuy. Techniquement, le projet est au point. Reste à emporter l'adhésion des professionnels de santé, intégrer les nouveaux services aux réseaux de soins existants et leur prouver la rentabilité des investissements qui seront nécessaires. « Nous avons la chance d’avoir une équipe de professionnels soudée, avec un Conseil général et un Conseil régional très impliqués. Nous préfigurons ce que sera la médecine de demain ! »