Mettez l'ASEAN dans votre Business Plan !

  • Expertises
  • 05 avril 2017
  • Temps de lecture: 2 min

L'Asean, pour mettre un tigre dans le moteur des PME françaises

La région offre des perspectives alléchantes, aussi bien en termes de consommation de biens courants que de production et de commerce régional. Les sociétés françaises sont à l'affût.

Cette partie du monde, qui compte 620 millions d'habitants, regorge d'opportunités pour les petites et moyennes sociétés françaises, de même que pour les grands groupes, évidemment. Regroupés au sein de l'Asean (pour Association of Southeast Asian Nations)1, fondée en 1967, ces pays, dix au total, particulièrement dynamiques, puisque les Tigres asiatiques (Thaïlande, Malaisie, Indonésie, Vietnam, Philippines) en font partie, offrent d'alléchantes perspectives aussi bien en termes de consommation de biens courants que de commerce régional et de production manufacturière. Si l'Asean n'était qu'un seul pays, ce serait la septième plus grande économie du monde, avec un PIB total de 2,4 000 milliards de dollars (en 2013). Selon les projections, l'Asean deviendra la 4e économie mondiale en 2050. Certes, les disparités sont encore nombreuses : l'Indonésie (260 millions d'habitants), qui représente 40 % du PIB total de la région, est membre du G20, tandis que le Myanmar émerge à peine de 50 ans de dictature. Et le PIB par tête à Singapour (plus de 55 000 dollars en 2013) est 30 fois plus élevé que celui du Laos, et 50 fois plus haut que celui du Cambodge. Mais déjà, 70 millions de foyers environ, dans toute l'Asean, font partie d'une classe qui dispose d'assez de moyens pour consommer. Un chiffre qui devrait quasiment doubler d'ici 2025, qui plus est. Le rattrapage, en tout cas, marche à plein régime. Il n'a fallu, par exemple, que 11 ans au Vietnam (entre 1995 et 2006) pour doubler son PIB par tête !

Une croissance estimée à plus de 5 % sur les cinq ans à venir

En outre, si les observateurs se souviennent de la crise asiatique de 1997, la région a fait preuve d'une remarquable « résilience » lors de la crise financière et économique mondiale de 2008, comme le souligne le cabinet McKinsey dans une étude (de mai 2014) et a enregistré une croissance forte et relativement stable depuis les années 2000. Sur les 20 dernières années, la croissance moyenne de la zone s'affiche à 5 % par an. Et selon les prévisions de l'OCDE, elle devrait se situer à 5,1 % sur la période 2017-2021, grâce en particulier aux bonnes performances des Philippines, du Vietnam, du Cambodge, du Laos et du Myanmar. Enfin, depuis 1990, près de 60 % de la croissance totale provient de gains de productivité, à mesure que des secteurs comme l'industrie manufacturière, les télécommunications ou les transports gagnent en efficacité.