Le sourcing local, une stratégie gagnante

Identifier les produits locaux et capitaliser sur leur qualité pour séduire les consommateurs : le sourcing local a le vent en poupe. Des PME à McDonald’s, chacun s’y met !

  • Expertises
  • Temps de lecture: 2-3 min
vitagermine

Vitagermine met en avant le sourcing local des ingrédients de ses préparations

Spécialisée dans l’alimentation bio, la société girondine Vitagermine surfe sur un marché pourtant sinistré. En effet, l'’alimentation infantile recule de 5 % par an depuis trois ans. Pourtant, « nous gagnons chaque année des parts de marché et la progression de notre chiffre d'affaires est de plus de 10 % par an depuis plusieurs années », précise Jean-Michel Boyer, PDG de l'entreprise depuis 1995. Le chiffre d'affaires de l’entreprise atteignait 38 millions d'euros en 2014 et devrait progresser de 25 % cette année, un record !

Démarrée avec une vingtaine de salariés, l'aventure Vitagermine embarque désormais une centaine de personnes sur quatre sites. Outre le siège social de Canéjan (33), Vitagermine compte deux unités de production à Saint-Ferme, en Gironde et à Mérinchal, dans la Creuse pour ses deux lignes de produits alimentaires : Babybio (bébés) et Vitabio (enfants et adultes). Présentes en France dans la grande distribution, les magasins spécialisés, la pharmacie et sur des sites de e-commerce, les gammes de produits Vitabio et Babybio s'enrichissent régulièrement.

« Nous fabriquons en France des produits pour lesquels le sourcing bio est à 80 % français pour les végétaux, et à 100 % français pour les viandes.» Jean-Michel Boyer.

Les marchés asiatiques et d’Amérique du Sud sont particulièrement ciblés. Cette forte croissance à l’international comme en France, Vitagermine l’explique par son sourcing de produits locaux. Elle a donc choisi de le mettre en avant, notamment à travers ses campagnes de communication. « Nous fabriquons en France des produits pour lesquels le sourcing bio est à 80 % français pour les végétaux, et à 100 % français pour les viandes, souligne Jean-Michel Boyer. Nous avons désormais la taille adéquate pour être un interlocuteur privilégié des filières agricoles locales. Résultat : nos carottes viennent des Landes, nos pommes de Dordogne et nos bovins sont aquitains... Nous sommes, grâce à nos volumes de vente, capables de proposer des partenariats intéressants, tant en termes financiers que de durée, à la production bio locale. »

Un sourcing qui rassure

Beexi Europe a opté pour la même stratégie. La société basée à Bordeaux propose un site de e-commerce de produits de gastronomie et d’art de vivre français destiné aux consommateurs chinois. Beexi Europe se fait accompagner par une autre entreprise bordelaise, Chen di Partners, pour choisir les meilleurs producteurs locaux. Le site « met en avant les labels français garants d'une authenticité que recherchent de plus en plus de consommateurs chinois. Le site garantit la traçabilité des produits qui suivent un circuit fermé jusqu'à la livraison au client final. Enfin, une équipe française du site accompagne les producteurs dans la commercialisation de leurs produits », explique ainsi Chen di Partners.

De la tomate locale pour McDo

tomates

Plutôt que de vendre à l’autre bout du monde, certains font le choix d'un sourcing local pour mieux vendre… localement.

Ainsi, le géant de la restauration rapide McDonald’s France a signé un contrat de fourniture avec le groupe Rougeline (Marmande – 100 millions d'euros de chiffre d'affaires, 1 900 salariés) qui lui fournira 450 tonnes de tomates produites dans le Sud-Ouest chaque année pendant trois ans. « Pour McDonald's France, cette contractualisation n'a que des avantages », explique Eloi de La Celle, responsable achats-qualité pour McDonald's France. « Elle permet de garantir la fourniture à long terme de produits de qualité, à un prix qui tient compte des coûts de production. Elle s'affranchit également de la fluctuation des cours, ce qui permet à nos franchisés d'anticiper à trois ans leurs investissements... tout en sécurisant l'avenir pour nos fournisseurs », poursuit-il. Sans compter le fait que la tomate locale rassure le client…
Cette approche du sourcing régional développée par McDo France fait des émules en Europe et dans le monde. Désormais, Rougeline fournit les tomates qui composent les burgers des 1 300 restaurants McDonald's d'une bonne partie du sud de la France.