L'éolien et le solaire repartent à la hausse

L'activité éolienne et photovoltaïque connaît une phase de reprise en 2014. La puissance installée a été plus importante au premier semestre que les années précédentes. L'effet d'une première rationalisation du marché français, qui sera bientôt confirmée par d'autres mesures.

  • Etudes
  • Temps de lecture: 2 min

Une croissance du parc au premier semestre

Après quelques années moroses pour le marché des énergies éoliennes et solaires, il semblerait qu’une reprise de la croissance du parc s’amorce. Concernant l'éolien, ce sont 420 nouveaux mégawatts (MW) qui ont été raccordés les six premiers mois de 2014, contre 248 MW l'an dernier à la même période. Quant au solaire 399 MW ont été raccordés, soit une augmentation de 9% sur 2013. Ce constat émane du panorama semestriel des énergies renouvelables, publié par le gestionnaire du transport d'électricité RTE, le Syndicat des Énergies Renouvelables, ERDF et l’Association des Distributeurs d’Électricité en France.

Des efforts de simplification administrative

Plusieurs raisons sont avancées pour expliquer ce changement de tendance. Le vote de la loi Brottes sur l'énergie, début 2013, a permis la mise en place d'une simplification administrative pour la filière éolienne, ainsi par exemple, le seuil minimum de cinq mâts pour la construction d'un parc a été supprimé. Par ailleurs, le tarif de rachat de l'électricité produite par les éoliennes a enfin été fixé par arrêté ministériel le 1er juillet 2014, après plusieurs années d'incertitude qui n'encourageaient pas les investissements.

De nouvelles mesures attendues

D'autres mesures annoncées devraient accélérer cette évolution : la réalisation d’une cartographie précise des zones propices au développement de l’éolien en mer est notamment attendue. Autre amélioration en cours : la création d’un contrat de complément de rémunération pour les producteurs mettant leur électricité en vente sur le marché. Si mi-2014, l'éolien et le photovoltaïque ne représentaient encore que 3,7 % et 1,2 % de la consommation française d'électricité, la progression de ces marchés est encore à venir !