L’éolien, une énergie innovante en pleine croissance

L'éolien, énergie de l'avenir ? Toutes les conditions semblent désormais réunies : prise de conscience environnementale, volonté politique, amélioration des technologies… À la clé, des innovations à développer, de nouvelles opportunités pour les entreprises et des emplois.

  • Actus
  • Temps de lecture: 2 min

Des objectifs ambitieux

La future loi de programmation pour la transition énergétique, qui devrait être au Parlement dès octobre, a rappelé cet objectif : nous devons réduire de moitié notre consommation d’énergie à l’horizon 2050 et porter l'offre d’énergies renouvelables à 32 % de la consommation totale en 2030, contre un peu plus de 13 % actuellement. Pour y parvenir, il faudra compter avec l’énergie éolienne. Ce marché considérable, de 50 milliards d’euros par an et plusieurs centaines de milliers d’emplois dans le monde, est déjà bien implanté dans l'Hexagone. D’autant que le potentiel est là : la France est le 2e gisement éolien d’Europe, et ses possibilités d'installer des éoliennes en mer sont vastes, puisqu'elle possède le 2e domaine maritime du monde. Le marché recèle encore de multiples potentialités d’innovation, notamment dans les gains de productivité, l’électronique de puissance, l’acoustique, la stabilité des fondations ou les systèmes de maintenance.

60 000 emplois à l’horizon 2020

L'éolien concernait 11 000 emplois en France en 2013, autour des activités d’installation et de maintenance des parcs éoliens : aménagement des parcs, travaux de génie civil, connexion au réseau électrique, stockage des composants d’éoliennes, etc. Cela concerne principalement l’éolien terrestre, c'est à dire les éoliennes implantées sur le sol. Mais la filière maritime, plus récente, commence elle aussi à se mettre en place : elle réclame des compétences particulières. En mer, l'environnement est plus difficile, le raccordement électrique plus compliqué.
Les deux filières proposent également de nombreux emplois indirects, souvent de proximité, notamment dans le tertiaire : formation, levage, transport, architecture, design, acoustique, gestion de projet… À l’horizon 2020, ce sont 60 000 emplois qui sont attendus si les objectifs de production de 25 000 MW sont atteints.

Une loi pour accélérer le développement de la filière

Le vote de la loi de programmation pour la transition énergétique devrait accélérer le déploiement en simplifiant les procédures administratives d’implantation des projets, en raccourcissant des délais de procédure, et en prévoyant de multiplier les appels d’offres. Un arrêté a déjà été pris début juillet pour fixer les dispositions d’achat par EDF de l’électricité produite par l’éolien privé. De quoi stabiliser le marché et rassurer les investisseurs.