Les TPE-PME anticipent une croissance de 7 % de leur chiffre d’affaires

Malgré des difficultés de recrutement d’approvisionnement, les TPE-PME restent confiantes pour 2022 et revoient à la hausse leurs perspectives d’activité, d’embauche et d’investissement par rapport à l’année dernière. 
 

  • 11 janvier 2022
  • Temps de lecture: 2 min
Bercu

Une reprise économique plus forte que prévu. C’est le principal message de la 74e enquête de conjoncture de Bpifrance Le Lab. « Le rebond d’activité des TPE-PME a été beaucoup plus marqué que ce que l’on anticipait en mai dernier. », explique Philippe Mutricy, directeur des études de Bpifrance. Les dirigeants interrogés tablent sur une croissance de leur chiffre d’affaires de +7 %. Un chiffre évalué à seulement +3 % lors de la précédente enquête réalisée en mai dernier. 41 % des entreprises auraient même retrouvé voire dépassé leur niveau d’activité d’avant crise en fin d’année 2021.

Une trésorerie suffisante pour 65 % des PME 

Autre signal positif pour l’année à venir, seulement 1,5 % des TPE-PME déclarent rencontrer des difficultés de trésorerie insurmontables. 65 % jugent même leur trésorerie suffisante pour surmonter la crise, une proportion en hausse continue depuis le début de l’épidémie de Covid-19. Ces chiffres s’expliquent notamment par la reprise d’activité, permise par la levée progressive des restrictions sanitaires au cours de l’année, ainsi que par les nombreux dispositifs de soutien aux entreprises. Ainsi, le Prêt Garanti par l’Etat (PGE) reste encore en partie à mobiliser : 52 % des bénéficiaires déclarent n’avoir utilisé qu’une minorité du prêt voire ne pas l’avoir touché.

« Les TPE-PME se montrent confiantes quant à la poursuite du rebond en 2022, et ce malgré les difficultés d’approvisionnement qu’elles rencontrent. L’évolution de ces tensions doit être surveillée de près, car si elles se prolongeaient, elles pourraient freiner la dynamique de reprise. », complète le directeur des études de Bpifrance. Au-delà des difficultés d’approvisionnement, l’étude souligne également une intensification des difficultés de recrutement. 82 % des dirigeants déclarent en rencontrer et 43 % les jugent sévères. Si combinées ces difficultés pourraient peser sur la reprise, elles n’entachent pas le moral des dirigeants qui revoient à la hausse leurs perspectives d’activité, d’emploi et d’investissement. D’ici fin 2022, deux-tiers des PME devraient avoir retrouvé ou dépassé leur niveau d’activité d’avant crise. 

Retrouvez l'intégralité de la 74e enquête de conjoncture PME sur le site de Bpifrance Le Lab.

Yossra Hammami
Yossra Hammami Rédactrice web