L’image de la France reprend des couleurs

La presse internationale relève le dynamisme français ! Les investisseurs étrangers montrent leur confiance, et Google s'engage dans un programme d'aide aux startups hexagonales. Dans le contexte économique européen, la France obtient des résultats largement aussi bons que ses voisins.

  • Actus
  • Temps de lecture: 2 min

Dans dix ans, moteur de l'Europe ?

La France a retrouvé cette année sa place dans le Top 10 des pays les plus attractifs, après deux années consécutives de progression, montre le classement du cabinet de conseil A.T. Kearney, « Foreign Direct Direct Investment Confidence Index ». Preuve que notre pays recommence à séduire.
Le journal britannique Daily Telegraph va plus loin : un éditorial économique récent affirme que la France est bel et bien vouée à devenir le moteur de l’Europe, face à une Allemagne dont le modèle serait en train de s’essouffler. « D’ici dix ans, la France dominera l’Europe continentale », conclut le grand quotidien conservateur. 

Des entreprises étrangères convaincues

Sur le terrain, les groupes étrangers s’activent. La preuve avec Google : misant sur le potentiel hexagonal en la matière, mis notamment en lumière grâce à la French Tech, le géant américain de l’Internet lance en France le programme Launchpad. Son objectif ? Aider les startups en phase de pré-amorçage. Launchpad existe déjà dans plusieurs autres pays, mais Google se veut ambitieux pour la France et prévoit un niveau d’activité équivalent à celui d’Israël, nation-reine pour les jeunes pousses du numérique.

Dans les industries plus traditionnelles, l'attractivité de la France séduit tout autant. Un exemple : l’entreprise américaine Hexcel, déjà présente en France, va investir 200 millions d’euros dans un site de production de fibres de carbone pour le secteur aéronautique. La société a choisi de s’implanter en Isère après une étude qui a passé au peigne fin 27 pays et 67 sites industriels ! Il est incontestable que la proximité des grands donneurs d’ordre comme le champion mondial Airbus a joué sur la décision d’Hexcel. Mais d’autres arguments, comme la qualité des infrastructures françaises et le niveau de qualification de la main-d’œuvre, souvent cités comme des exemples d’excellence, continuent à convaincre les entreprises étrangères.

Bon élève parmi ses voisins

N’en déplaise aux pessimistes, la France n’a pas à rougir de ses performances économiques face à ses voisins ! Certes elle est touchée, comme l’ensemble de l’Europe, par la crise. Pour autant, elle s’en sort relativement bien. La presse, notamment le magazine Challenges, relève les statistiques d'Eurostat. Elles montrent que la France, avec 0,6 %, est le troisième pays en Europe de l'Ouest après l’Allemagne et la Belgique (2,3 %), pour sa croissance cumulée du PIB depuis l’année 2007. Ce résultat lui permet de dépasser son niveau d’avant crise contrairement à l’Italie (- 9 %), les Pays-Bas (-1,6 %) et même le Royaume-Uni.

Par petites touches, l'image de la France est ainsi en train de se rapprocher d'une réalité économique positive par bien des aspects !