Marie-Laure Pochon [3Disc Dental Connect] : une entrepreneure mordue d’international et de santé

Propriétaire depuis bientôt 5 mois de la medtech américaine 3Disc Dental Connect, Marie-Laure Pochon a choisi, à contre-courant de ses pairs, de relocaliser l’entreprise en France. Retour sur le parcours d’une entrepreneure engagée dans la santé.

  • Actus
  • Entrepreneuriat féminin
  • Santé
  • Articles
  • Nationale
  • 25 mars 2021
  • Temps de lecture: 2-3 min

Octobre 2020, Marie-Laure Pochon vient de signer LE contrat qui lui ouvre les portes de l’« american dream ». En pleine pandémie, rien n’arrête cette business woman du secteur de la pharmaceutique qui a su mettre « ses tripes sur la table », comme elle l’avoue, pour convaincre des investisseurs et racheter 3Disc Dental Connect, une entreprise américaine spécialisée dans les scanners dentaires.
Une signature comme point de départ d’une nouvelle trajectoire pour l’entreprise qui, grâce à sa nouvelle dirigeante - propriétaire à hauteur de 40 % et accompagnée par le fonds Galiena qui détient 50 % de l’entreprise - se relocalise dans l’Hexagone !

D’ingénieure à entrepreneure

« J’ai toujours été plus intéressée par le business que par le côté ingénieur ». Un goût qui explique sûrement pourquoi Marie-Laure Pochon décide, en 2014, après plusieurs expériences remarquées au sein d’entreprises internationales telles que le laboratoire pharmaceutique Merck, le groupe Pfizer France ou encore Schwartz Pharma, de reprendre Acteon, un groupe de sociétés de technologies médicales bordelais œuvrant à l'international dans la chirurgie à ultrasons et dans l'imagerie médicale numérisée.
Sous la houlette de l’entrepreneure, la société passe dans le top 5 mondial de l’imagerie dentaire et revendique 170 millions d’euros de chiffre d’affaires annuel dès 2017. Une belle réussite pour celle qui a passé dix-sept ans en tant que cadre dirigeant dans des entreprises américaines. Fort d’une croissance de 7 % entre 2017 et 2018, Acteon innove et multiplie les acquisitions. De 370 salariés à l’arrivée de Marie-Laure Pochon, elle en compte désormais plus de 720 dans le monde.

C’est durant ses « années Acteon » que Marie-Laure Pochon entend parler de la mise sur le marché de l’entreprise 3Disc Dental Connect. Spécialisée dans les scanners dentaires, la pépite américaine dédiée aux dentistes généralistes permet de transformer une prise de vue 3D en un fichier qui permettra aux laboratoires de réaliser des prothèses ou bridges d’une précision 7 à 8 fois supérieure à un moulage.
« A l’époque je savais que les actionnaires d’Acteon ne souhaitaient pas en faire l’acquisition. Un choix qui m’a donné la possibilité de monter un projet ! » affirme l'entrepreneure.

Une pépite américaine devenue frenchy !

Le rachat de l’entreprise en pleine pandémie n’a pourtant pas été une mince affaire… « Les visio c’est génial pour la vie d’entreprise, en revanche quand on veut convaincre des actionnaires ça ne marche pas ». Marie-Laure Pochon reconnait pourtant que sans la pandémie, le rachat de l’entreprise aurait été impossible. « Ça a été l’un des rares points positifs de cette pandémie. La dirigeante et moi nous sommes rencontrées sur un prix qui était très différent de celui d’avant Covid-19. Mais elle savait que j’avais les compétences pour développer sa société de R&D et en faire une entreprise commerciale. Elle m’a donc fait confiance et nous avons conclu un deal dans lequel elle acceptait d’être largement payée en différé ».

Une fois « l’affaire conclue », il ne fait aucun doute pour l’entrepreneure que la société, déjà implantée en Corée du Sud et au Danemark, doit également s’implanter en France.
Rapidement elle installe donc le siège social de 3Disc Dental Connect à Paris, conserve sa filiale R&D coréenne, et choisi de se séparer des bureaux danois. « Progressivement le headquarter va glisser des Etats-Unis vers la France afin que les bureaux américains deviennent une filiale et non plus la maison mère de 3Discs ».
Un choix surprenant, tant il dénote avec les habitudes de bon nombre de dirigeants qui délocalisent leurs entreprises. Les raisons sont pourtant évidentes pour Marie-Laure Pochon. Installer l’entreprise sur le marché français ne peut que renforcer son développement en Europe "compte tenu de l'expertise française dans le secteur de la santé". De plus, l’entrepreneure souhaite profiter de cette implantation pour puiser dans le vivier d’ingénieurs « de haut vol » dont dispose la France.

Actuellement commercialisée aux États-Unis, en Europe et prochainement en Amérique latine et en Asie, la solution de la medtech souhaite s’ouvrir à tous les professionnels de la dentisterie, encore trop peu nombreux à avoir passé le cap de l’assistance digitale.