Quand l’Afrique se branche sur l’économie numérique

La nouvelle terre promise des start-up se trouverait-elle en Afrique ? Si son poumon économique reste ses ressources naturelles, le continent se tourne de plus en plus vers l’économie numérique. Des jeunes pousses de la High Tech commencent à fleurir dans de nombreux pays africains.

  • Expertises
  • Temps de lecture: 1 min

Une croissance dynamique

Portée par un taux de croissance remarquable, (+ 5,1 % en 2013), l’Afrique aborde aujourd’hui sa révolution technologique grâce aux terminaux mobiles. C’est aujourd’hui le deuxième marché mondial de la téléphonie. C’est sur ces bases que se construit actuellement un véritable écosystème favorable aux entreprises technologiques. Rares sont les pays du continent qui échappent à la tendance.

Un mouvement global

Le Kenya devrait accueillir sa Silicon Valley baptisée « Silicon Savannah ». Il s’agit d’un projet titanesque qui devrait courir sur vingt ans. Ce territoire de 2000 hectares accueillera start-up, chercheurs et investisseurs avec, à la clé, la création de 200 000 emplois. Au Sénégal, le CTIC est l’un des incubateurs les plus en vue de Dakar. Il s’agit d’une pépinière qui s’est fixée pour but de doper la croissance des jeunes en entreprises en leur fournissant de l’aide en matière d’accompagnement (coaching, appui marketing…), de networking (création d’événements…) et de logistique. Le Nigéria, le Cameroun, le Ghana, le Niger, et bien d’autres, ont également vu se monter des structures dédiées à l’économie numérique. De quoi susciter l’intérêt des jeunes pousses de la « French Tech » qui, en tissant par exemple des alliances, pourraient trouver sur le continent africain un débouché naturel.