Quand le job étudiant débouche sur un VTE à impact

Le Volontariat Territorial en Entreprise (VTE), a pour vocation, depuis son lancement en 2019, d’inciter les alternants et les jeunes diplômés à venir travailler au sein des PME et ETI des territoires. Une aubaine pour de nombreux industriels, mais également commerçants et restaurateurs, qui trouvent en ces jeunes talents de nouvelles forces vives. Retour sur l’expérience de Mathilde Cortinovis et Axelle Duval son alternante en VTE.

  • Actus
  • Climat
  • Environnement
  • RSE
  • VTE
  • Articles
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • 25 juin 2021
  • Temps de lecture: 2-3 min
vte

944. C’est le nombre de VTE signés depuis le lancement de l’initiative, créée par l’Etat et Bpifrance, il y à 2 ans. 944 c’est aussi le nombre de belles histoires qui se sont créées entre dirigeants et jeunes talents depuis la mise en place de ce dispositif.
Mais loin de ne concerner que les PME et ETI industrielles, le VTE est également ouvert à tous les entrepreneurs des territoires désirant transmettre leur savoir-faire.
C’est le cas de Mathilde Cortinovis, co-fondatrice du café lyonnais Equilibres, un établissement pas comme les autres. Outre la promotion d’une alimentation éco-responsable, le café propose des formules destinées à financer des repas offerts à des associations et organise des ateliers thématiques. Des projets ambitieux qu’avait envie de servir Axelle Duval, jeune talent qui a rejoint l’équipe en 2020.

Bpifrance : Les VTE sont souvent recrutés au sein de PME et ETI industrielles donc à première vue, on ne voit pas forcément la mission que pourrait remplir un jeune talent dans un café.

Mathilde Cortinovis : Hé pourtant ! Certes, Equilibres, est un café, mais c’est aussi un projet écologique et responsable, que nous menons depuis maintenant 3 ans. Nous sommes dans l’écosystème de l’économie sociale et solidaire, avec des enjeux d’impact, d’aide aux associations et de sensibilisation au travers de nos ateliers. Axelle est venue d’elle-même nous proposer sa candidature via la “formule du VTE”, dont je n’avais pas encore entendu parler. Elle nous connaissait déjà bien, puisqu’elle a travaillé chez nous comme serveuse en parallèle de ses études.

Axelle Duval : Je me suis récemment spécialisée dans le management de l'innovation sociale, dans le cadre de mon master à l'école 3A. C’est ce qui m’a poussée à rejoindre à nouveau l’équipe d’Equilibres.
Avec Mathilde et son associée, nous avons pu concevoir une mission “hybride” qui s’inscrit dans les critères du VTE tout en répondant à leurs besoins. Je travaille donc en transverse sur la gestion du café et sur notre impact environnemental, que nous mesurons et améliorons quotidiennement. En parallèle, je m’occupe également de la communication et de l’évènementiel, notamment de nos ateliers de sensibilisation qui peuvent aujourd’hui reprendre.

B : Ce VTE a débuté en septembre 2020, les cafés ont ensuite été longuement fermés à cause des confinements successifs. Cela n’a pas mis en péril le VTE ?

MC : Pas du tout, cela a permis à Axelle de bien comprendre le fonctionnement de l’entreprise et de réfléchir aux différentes stratégies possibles en matière de mesure d’impact. Nous avons eu le temps de développer plusieurs nouveautés, comme un système de consigne sur nos plats à emporter dans des bocaux ou des boîtes en verre. Nous avons également noué un partenariat avec un producteur de vin et, là aussi, mis en place un système de consigne sur ses bouteilles.

AD : Lorsque le café est ouvert, la gestion de l’opérationnel demande beaucoup de temps. Le confinement et le télétravail nous ont donné l’opportunité de nous concentrer sur le volet « gestion de projet » de ma mission. Nous nous sommes données du temps pour créer les outils dont nous avons aujourd’hui besoin et, finalement, cette période m’a vraiment permis d’enrichir mon expérience.

B : Les relations avec l’école d’Axelle ont, elles aussi, été fluides ?

MC : Nous avons un carnet de liaison digital avec l’école, ce qui facilite grandement la communication. C’est la première fois que j’endosse ce rôle de tutrice, mais l’école 3A a tout fait pour que les échanges soient fluides.
Dans la pratique, nous avons rapidement eu la confirmation que le VTE était tout à fait adapté à nos besoins et nous continuons d’avoir de nouveaux projets à développer avec Axelle, comme par exemple des recettes zéro déchet, ainsi qu’une réflexion sur l’impact des recettes.