Romain Moulin [Exotec] « Aucun des entrepôts où nous avons implanté nos robots n’a supprimé des emplois »

L’entreprise implantée à Croix près de Lille développe des flottes de robots pour la logistique et la préparation de commandes. Romain Moulin, CEO d’Exotec, répond à nos questions afin de casser l’idée reçue selon laquelle robotiser une usine conduit à détruire des emplois. 

 

  • Actus
  • Industrie
  • Articles
  • 21 septembre 2021
  • Temps de lecture: 2 min
Exotec

« Il faut avoir en tête qu’un préparateur de commandes peut parcourir 15 kilomètres par jour. », explique d’entrée de jeu Romain Moulin, le CEO d’Exotec. Créée en 2015, la jeune pousse conçoit et fournit des robots, baptisés Skypods, capables de se déplacer dans trois dimensions. « Nous avons créé des robots qui allègent la distance parcourue et apportent les articles à hauteur ergonomique pour l’opérateur. C’est beaucoup plus agréable pour leur travail quotidien », ajoute -t-il. Une innovation qui, contrairement aux idées reçues sur la robotisation, n’a jamais détruit d’emplois. 

Bpifrance : Quelle est la valeur ajoutée d’un système robotisé comme celui que vous proposez ? 

Romain Moulin : Nos robots sont destinés à la préparation de commandes au détail dans les grands entrepôts logistiques. En utilisant nos robots, les opérateurs parcourent moins de kilomètres par jour. Les rendements sont meilleurs puisqu’avec un même nombre de personnes, vous préparez plus de commandes. La spécificité de nos robots est de monter sur des étagères jusqu’à 10 mètres de hauteur, ce qui permet de stocker plus, et de mieux utiliser les mètres carrés. Mais la plus grande valeur ajoutée de notre système réside dans le logiciel qui contrôle les robots, qui les envoie sur la bonne commande, au bon moment et vers le bon opérateur.  

B : Que répondez-vous aux personnes qui dénoncent un risque de disparition d’emplois avec l’implantation de systèmes robotisés dans les usines ? 

RM : De mon point de vue, la réponse la plus évidente est que les clients qui nous commandent ces systèmes sont justement ceux qui sont en train d’embaucher. Un acteur comme Cdiscount éprouve même des difficultés à trouver du personnel pour préparer les commandes. Aucun des entrepôts où nous avons implanté nos robots n’a supprimé d’emplois. A contrario, ceux qui licencient sont ceux qui ont un problème d’efficacité et qui n’ont pas su se moderniser. 

B : Comment aller au-delà des réticences ? Quels sont les facteurs clés de succès d’une bonne intégration des robots ? 

RM : Les clients qui ont le mieux assimilé nos systèmes sont ceux qui ont très rapidement intégré leurs équipes au process. En général, quand nous mettons en route le système, nous faisons des « run tests » avec les équipes. Nos robots ont des « petits noms » pour les rendre plus humains et sympathiques. Nous avons vraiment travaillé cet aspect-là. Chez certains de nos clients, les opérateurs apprécient beaucoup ce travail commun et voient même comme une promotion le fait d’être affecté à la préparation avec le système robotisé. 

Nous avons aussi eu des clients qui étaient réticents à l’idée de prononcer le mot « robot » devant leurs équipes ; ils avaient peur de leur réaction. Mais ne pas en parler ouvertement en amont crée encore plus de réactions négatives. 

Au-delà de l’adaptation au modèle par les opérateurs, j’ajouterais qu’il est également important d’être en contact avec les acteurs de la supply. Si c’est le directeur de la fabrication ou de l’entrepôt qui veut le système, ça change tout. Vous entrez en contact avec un vrai besoin, et pas un besoin qui est un peu créé artificiellement par le département Innovation. 

B. Est-ce que votre système peut facilement être mis en place par une PME industrielle ? Quel est le budget minimum pour ce type d’installation ? 

RM : Environ 20 % de notre portefeuille clients est composé de PME. Le secteur logistique est le plus concerné mais nous avons également des clients dans l’industrie. Les plus petits systèmes vendus coûtent 1,5 M€. C’est déjà un montant conséquent mais une fois implantés, ils deviennent centraux dans la performance de l’entreprise, et c’est très gratifiant pour nous ! 

 

Cette interview est extraite de l’étude "Ré-industrialisons ! Ensemble pour une industrie innovante et conquérante".