Safety Line, la startup qui diminue la consommation de carburant des compagnies aériennes

Après avoir remporter le concours européen dans le cadre de l'European Green Deal début 2021, la startup parisienne Safety Line vient de sortir une nouvelle solution pour aider les compagnies aériennes à diminuer leur consommation de carburant et leurs émissions de CO2. Interview.

  • Actus
  • Climat
  • Industrie
  • Innovation
  • Nationale
  • 01 juin 2021
  • Temps de lecture: 2-3 min
safety line

Aider à verdir le secteur de l'aviation. Pierre Jouniaux en est convaincu, le secteur de l’aviation n’exploite pas tout le potentiel du numérique. Un constat qui pousse l’ancien pilote de ligne, et membre du Bureau d’enquêtes et d’analyses pour la sécurité de l’aviation civile (BEA), à fonder Safety Line. Depuis 2010 la startup développe des solutions intelligentes d'optimisation de la consommation de carburant des avions en vol comme au sol.

Malgré la sévère crise qui frappe le secteur de l’aviation depuis le début de la pandémie de Covid-19, la jeune pousse tient bon. Comment aller de l'avant, innover et continuer à trouver des clients en plein marasme ? Réponse avec Pierre Jouniaux !

Bpifrance : Vous venez de signer un nouveau partenariat pour aider Transavia dans l’optimisation des niveaux de vols. En quoi cela consiste-t-il ?

Pierre Jouniaux : Effectivement, Transavia bénéficie depuis avril du dernier-né de nos solutions d'optimisation : OptiLevel. Avec cet outil, nous nous attaquons à un autre gisement d'économies de carburant en vol. Il permet d'ajuster au mieux l'altitude de l'appareil en fonction de plusieurs incertitudes et variations autour de la masse de l'avion, de la météo ou des contraintes liées au contrôle aérien. L'optimisation de niveau est sans doute le plus gros levier d'économies de carburant. Une étude de la NASA révèle d’ailleurs que l’optimisation des niveaux de vols peut permettre une économie de 1 % de carburant en croisière.

B : Quel rôle joue Transavia dans ce partenariat historique ?

PJ : Nous avons avec Transavia un vrai partenariat d'innovation. C’est un peu notre laboratoire ! Tout a débuté avec OptiClimb, notre solution d'optimisation de la consommation de l'avion en phase de montée (jusqu'à 80 kg de carburant économisés par montée). La compagnie a ensuite pu adopter OptiDirect dès 2019, le « Waze de l'aéronautique » qui permet au pilote en vol de trouver des trajectoires plus directes pour réduire la consommation et les émissions de CO2 de l'appareil. En novembre dernier, Transavia a annoncé d'importantes économies grâce à elle. Nous avons mesuré qu'elle permet d'économiser 45 kg de carburant par vol, soit 1 % du budget et des émissions. Cela paraît peu, mais pour une compagnie aérienne, c'est énorme.

B : Le secteur du transport aérien traverse une période sombre. Comment résistez-vous ?

PJ : Le choc a été rude ! Mais parce que nous comptons une vingtaine de compagnies aériennes clientes à travers le monde, nous avons pu conserver des revenus en « jonglant » avec l'activité selon les zones géographiques, jamais frappées au même moment par les mêmes contraintes sanitaires. Nous avons aussi profité de ce temps pour accélérer sur nos nouvelles solutions avec nos équipes de recherche. Nous sommes restés optimistes car nos outils répondent à un double enjeu prioritaire pour les compagnies : faire baisser la facture de carburant et leurs émissions carbone.

B : Vous avez aussi pour ambition de réduire la consommation des avions au sol. Où en êtes-vous sur ce projet ?

PJ : En effet ! Il faut savoir que c'est au sol que la consommation des avions est la plus élevée : 5 % du carburant est consommé sur le tarmac. Nous avons initié un projet spécifique sur ce sujet avec ADP à Paris-Charles de Gaulle et venons de remporter l'appel à projets « Green Airport » de l'European Green Deal. Cela va nous permettre de tester notre solution AirsideWatch Emissions dans d'autres aéroports de l'UE. Il y a beaucoup de gaspillage à éviter dans ce domaine et cela intéresse à la fois les aéroports pour améliorer le trafic au sol et les compagnies. Nous avons de la suite dans les idées !

Acteurs industriels, ne manquez l’appel à projet « Plan de relance pour l’industrie » – Secteurs stratégiques (volet national) ! Vous avez jusqu'au 1er juin 2021 pour candidater.