Setup Performance invente les plastiques de demain

La start-up isèroise Setup Performance s’appuie sur la technologie de l’extrusion pour produire des matières plastiques nouvelles de façon plus simple et moins chère.

  • Actus
  • Temps de lecture: 2 min

En partant d’une technologie éprouvée, l’extrusion – un procédé de fabrication thermo-mécanique par lequel un matériau compressé est contraint de traverser une filière ayant la section de la pièce à obtenir - Setup Performance est parvenue à mettre au point des réacteurs chimiques permettant de produire une infinité de plastiques différents. Non seulement elle élargit ainsi le champ des possibles dans le domaine des matières plastiques, mais en plus, elle comprime les coûts et amène de la flexibilité.

Plus simple et plus propre

Setup Performance

« Notre solution est plus simple à mettre en œuvre, fait valoir Didier Lagneaux, président de Setup Performance. Par ailleurs, elle peut être dimensionnée en fonction du marché auquel on veut répondre, alors qu’avec les outils de production classiques, il faut en produire en grosses quantités. » Autrement dit, que l’on souhaite produire des centaines de tonnes de matière plastique ou quelques kilos, la technologie de Setup Performance s’adapte. Il en va de même pour la nature des plastiques, puisqu’une même machine permet de fabriquer des plastiques de nature et d’applications différentes. Sans compter que les réacteurs chimiques mis au point par Setup Performance ne sont pas polluants, puisque leur technologie s’affranchit de l’utilisation de solvants.

Du sur-mesure

Détentrice de plusieurs brevets, la société Setup Performance commercialise sa technologie auprès des fabricants de matières plastiques, mais aussi des producteurs de monomères (les matières premières entrant dans la composition des plastiques) et des industriels qui utilisent du plastique. L’entreprise, qui emploie 14 personnes, a réalisé 1,2 million d’euros de chiffre d’affaires l’an dernier. Pour conquérir de nouveaux marchés, elle va d’ici peu se doter d’une usine de production au sein de laquelle elle produira à façon différents plastiques pour le compte de ses clients. « Nous devrions alors multiplier notre chiffre d’affaires par deux ou trois », espère le président.