Spherea, l’équipementier électronique vole de ses propres ailes

Moins d’un an après avoir quitté le giron d’Airbus, Spherea s'attaque au marché indien, à l'instar de Dassault.

  • Actus
  • Temps de lecture: 2 min
Spherea -photo-© Patrick-Gallibert

Le Rafale n’est pas le seul à profiter de l’augmentation du budget militaire de l’Inde. Face à ses voisins et rivaux – la Chine et le Pakistan - le deuxième pays le plus peuplé du monde prévoit plus de 37 milliards de dollars de dépenses militaires en 2015. Une aubaine pour un autre Français, le Toulousain Spherea (ex-Cassidian Test&Services).

Quelques mois après avoir quitté le giron d'Airbus Group, le spécialiste des bancs d'essais pour les équipements aéronautiques vient en effet de signer un protocole d'accord avec l'Indien Axiscades. L'enjeu pour lui est de développer sur le marché indien des offres communes de produits et de services destinés aux systèmes électroniques complexes des avions civils et militaires et des hélicoptères.

Capter la croissance des marchés émergents

« Notre ambition est de capter la croissance des marchés émergents, explique Christian Dabasse, le président de Spherea. Cette première coopération marque une avancée vers la mise à disposition d'une expertise dans le domaine du test à destination des équipementiers indiens, que ce soit dans le secteur de l'aéronautique, celui de la défense, du spatial ou de l’industrie. »

Actuellement, Spherea est une ETI de 470 personnes ayant réalisé un chiffre d'affaires de 100 millions d'euros en 2014, dont 58 % à l’international. L’entreprise équipe déjà l'armée française en moyens de soutien, dont des bancs de test automatique pour le Rafale. « Notre développement au sein d'Airbus Group n'était pas possible, explique encore Christian Dabasse. Aujourd’hui nous sommes une ETI agile, plus proche du terrain, et qui a des perspectives de croissance. »

Après l’Inde, le groupe toulousain souhaite poursuivre son expansion dans d'autres pays émergents. Des annonces devraient d'ailleurs être faites à l'occasion du Salon du Bourget. On parle notamment d'une opération de croissance externe.