Too Good To Go chasse le gaspillage alimentaire à travers l’Europe

Née en Scandinavie et lancée en juin dernier en France, cette application qui connecte les commerçants de bouche et les consommateurs prêts à récupérer leurs invendus séduit de plus en plus d’utilisateurs aux quatre coins du continent.

  • Bang
  • Temps de lecture: 2 min
Foodtech

D’un côté, un tiers des aliments dans le monde qui partent à la poubelle. De l’autre, des consommateurs prêts à les récupérer. C’est en partant de ce constat que Lucie Basch, vivant à l’époque entre Copenhague et Oslo, a eu l’idée, avec plusieurs autres jeunes entrepreneurs européens, de créer une application qui permettrait la rencontre entre les commerçants de bouche et les consommateurs désireux de commander et venir chercher des produits invendus à prix réduit. « Un concept gagnant-gagnant », estime la co-fondatrice de Too Good To Go, revenue en France en avril dernier, après le lancement du concept au Danemark, pour fonder la déclinaison hexagonale de la plateforme anti-gaspi.

Neuf villes de France

Lancée d’abord à Lille et à Paris, l’application a vite gagné du terrain pour s’étendre à Strasbourg, Bordeaux, Lyon, Nantes, Toulouse, Montpellier et Poitiers. La demande semble être au rendez-vous : plus de 150 000 personnes ont téléchargé l’application. « Nous avons fait aussi une campagne de crowdfunding qui a dépassé notre objectif, en levant plus de 12 000 euros », affirme la jeune entrepreneure, entourée d’une équipe – essentiellement féminine – de six personnes à Paris et trois en région.

Le modèle économique ? « Nous avons pu proposer un modèle intéressant pour tous. C’est gratuit pour le commerçant, l’utilisateur bénéficie de petits prix et nous prélevons une commission sur chaque portion vendue », détaille Lucie Basch. Les résultats s’annoncent prometteurs : « Sur les six premiers mois, nous avons déjà pu faire un chiffre d’affaires de 50 000 euros ». Si bien que l’objectif est désormais d’être présent dans une vingtaine de villes de France d’ici la fin de l’année et d’agrandir la communauté des commerçants et celle des utilisateurs, confie-t-elle.

Un réseau international de start-up indépendantes

Mais Too Good To Go reste surtout un projet international. La plateforme existe ainsi en Allemagne, en Suisse, au Royaume-Uni, au Danemark et en Norvège. « Nous sommes un réseau d’entreprises indépendantes dans chacun des pays », explique Lucie Basch, « avec lesquels nous avons en commun la technologie mobile. Cela nous permet de diviser les coûts de développement et d’avancer plus vite », tout en adaptant le concept aux cultures locales.