Vergnet Hydro : future ETI sur le marché de l’eau ?

Vergnet Hydro fait partie de la première promotion de l’accélérateur régional Centre-Val de Loire de Bpifrance. Thierry Barbotte, PDG de la PME, revient sur cet accompagnement et évoque les perspectives d’avenir de la société centraise.

  • Actus
  • Accompagnement
  • Climat
  • Environnement
  • Innovation
  • Centre-Val de Loire
  • 20 mai 2021
  • Temps de lecture: 5 min
tb

Propulser les PME françaises au rang d’ETI, un objectif ambitieux porté par le Conseil national de l’industrie. La PME industrielle Vergnet Hydro, soutenue par Bpifrance via un prêt développement international et une garantie de projet internationale, s’inscrit dans ce cadre comme un acteur à renforcer. Avec un chiffre d’affaires réalisé à 100 % à l’export en Afrique subsaharienne, l’entreprise est implantée sur le marché de l’accès à l’eau en zone rurale. Plus de 50 millions de personnes accèdent à l’eau potable via ses produits. Cet équipementier et prestataire de service, dont l’usine assemble et commercialise les infrastructures nécessaires à la distribution de l’eau potable, installe et entretient ces équipements.

En 2018, l’entreprise intègre pour deux ans l’accélérateur régional Centre-Val de Loire. À ses côtés, 18 entreprises de tous secteurs confondus partagent leur expérience et suivent des formations auprès de conseillers financiers et d’experts sectoriels. Pour Thierry Barbotte, ce programme d’accompagnement est un soutien dans le déploiement de sa stratégie commerciale.

En 2018 : Vergnet Hydro développe sa stratégie commerciale vers une activité de service

« En tant que chef d’entreprise, on se sent souvent seul, c’est une réalité. Premièrement, l’accélérateur permet de rencontrer ses pairs, de se rendre compte qu’on n’est pas tous seul et d’échanger. D’un secteur à l’autre, on découvre différentes problématiques et cela fait émerger des idées. Ce qui fonctionne chez l’un peut peut-être fonctionner chez l’autre ».

Créateur de réseau, l’accélérateur est également et surtout un booster de projet. « S’il ne fait pas de miracle, il sert à porter et pousser les projets en cours. Chez Vergnet Hydro, on a commencé en 2015 à réfléchir à un nouveau modèle commercial », explique Thierry Barbotte. Historiquement équipementier, la PME souhaite évoluer vers une activité de service, développée désormais par sa société sœur UDUMA. « Plusieurs consultants sont venus faire des diagnostiques. Après avoir effectué une étude 360° de l’entreprise et défini deux sujets à traiter et approfondir, on a pu travailler de concert pour orienter notre stratégie », explique le chef d’entreprise.

« En 2018, quand l’accélérateur est arrivé, on commençait à toucher du doigt l’application de ce modèle. Le dispositif nous a permis de lever les doutes sur la viabilité de ce projet. En tant que chef d’entreprise, cet accompagnement m’a donné confiance et m’a rassuré », raconte-t-il. Une confiance qui rejaillit sur ses équipes et un soutien stratégique qui a donné le coup d’envoi du projet. « Il fallait initier cette démarche, s’en convaincre, les consultants l’ont fait et nous ont donné quelques clés pour aborder le marché de manière plus efficace ».

Aujourd’hui : une croissance prévisionnelle en forte hausse

Suite notamment au développement de ses marchés, la PME d’une quarantaine d’employés double ses effectifs. Elle compte aujourd’hui 80 collaborateurs et son activité a augmenté de 50 % entre 2019 et 2020. « On prévoit une hausse de notre activité de 50 % supplémentaire entre 2020 et 2021. Cette croissance est en partie liée à ce que nous a apporté l’accélérateur ». L’entreprise commence aujourd’hui à récolter les fruits de cette stratégie commerciale et intensifie particulièrement sa recherche du côté du marché du solaire.

À l’horizon 2026, Thierry Barbotte ambitionne une croissance du chiffre d’affaires de l’entreprise de 20 à 50 millions d’euros et 3,5 millions d’usagers du service UDUMA. « Nous allons nous concentrer sur ce qu’on sait faire, augmenter notre productivité. Côté financement, nous voulons capter et diversifier les financements ». Une volonté qui va mener la société à développer des corps de métiers en ingénierie financière.

Positionné sur un marché intrinsèquement lié au développement durable, Vergnet Hydro est en recherche et développement de nouvelles technologies. D’un système de pompe à eau à motricité humaine, la PME investit dans la pompe à énergie solaire. Si l’entreprise a toujours été éco responsable, elle ne cesse d’engager des chantiers dans cette direction et travaille aujourd’hui sur l’impact carbone de son activité. De leur éco conception à leur fin de vie, l’entreprise œuvre à réduire l’empreinte liée au cycle de vie de ses produits. 

L’eau : enjeu de développement durable sur le continent africain

« L’eau potable tend à se raréfier et sa répartition dans le monde est inégale. L’Afrique, n’est pas le continent le plus défavorisé. Ce sont plutôt le Moyen-Orient et certaines zones d’Asie. Le danger de cette raréfaction de la disponibilité de la ressource, c’est la spéculation autour de celle-ci, et sa financiarisation, telle que c’est déjà le cas en Australie, ou en projet en Californie. Désormais, les gens vont devoir accepter de payer pour le service de l’eau potable, car il faut financer le pompage, le traitement, le transport et la distribution, afin d’avoir de l’eau en quantité et de qualité en permanence. En Europe, on a l’habitude de payer cette facture, mais en Afrique ce n’est pas forcément le cas. Le message est à travailler autour du paiement du service de l’eau, pour en maitriser la gestion et l’utilisation ; et en bout de ligne éviter son gaspillage. », conclut ainsi Thierry Barbotte.