Aura Aéro vise à révolutionner les vols régionaux

La pépite toulousaine planche sur un avion « 19 places » 100 % électrique pour contribuer à la décarbonation de l’aviation. En ligne de mire : une mise en service dès 2026. 

  • Actus
  • Innovation
  • TEE
  • Occitanie
  • 19 août 2021
  • Temps de lecture: 2 min
Aura aéro

Un futur Tesla de l’aéronautique ? Le projet de la start-up Aura Aéro, lancée en 2018 par deux anciens d’Airbus et un ex-Assystem, pourrait prétendre à cette comparaison. Après avoir mis au point, en quelques mois, un avion biplace de voltige et de formation, doté d’un moteur thermique et dénommé Integral R, la jeune pousse, installée dans un hangar de la base aérienne de l’aéroport de Francazal-Toulouse, prépare la version électrique « Integral E » de son premier appareil. Mais l’entreprise nourrit surtout une plus grande ambition : lancer un avion « 19 places » à propulsion 100 % électrique, baptisé ERA « Electrical Regional Aircraft », avec pour objectif un premier vol en 2024 puis une mise en service à l’horizon 2026.    

A moins de 400 km, tout électrique et zéro émission 

Avec ERA, qui sera équipé de batteries lithium-ion ainsi que d’un turbogénérateur pour des missions supérieures à 400 km, la start-up toulousaine mise sur des vols domestiques plus verts. « Nous projetons zéro émission carbone pour des vols inférieurs à 400 kilomètres. Nous envisageons de réduire également les émissions de CO2 d’environ 80 % pour des vols de 400 à 800 km, ou encore de 64 % pour ceux de 800 à 1000 km », affirme Jérémy Caussade, président et chief engineer de l’entreprise.  

La cible ? « Le marché existant, des compagnies aériennes, des logisticiens pour le transport cargo et dans certains cas des collectivités qui ont besoin des avions pour relier des territoires reculés ou des endroits géographiquement peu accessibles. Mais il y a aussi de nouveaux marchés avec le développement de la mobilité de point à point », avance Jérémy Caussade.  

« Il faut que nos avions aient la capacité d’aller au plus près des bassins de population et c’est pour cela que dans l’objectif du programme de notre avion “19 places” nous avons inscrit la capacité à se poser sur des pistes courtes », indique ce dirigeant qui croit fermement à la complémentarité et à la multimodalité de l’offre de mobilité. Et dans l’ensemble de ces catégories de clients potentiels visés, les marques d’intérêt, selon lui, ne font pas défaut. 

 Au croisement de la Tech et de la Fab  

Pour mener à bien son projet d’avion électrique innovant, la jeune entreprise compte renforcer ses équipes en doublant les effectifs qui pourraient atteindre une centaine d’ici à la fin de l’année. Enfin, soutenue par Bpifrance et la Région Occitanie, la start-up toulousaine, membre de la French Fab, s’apprête à rejoindre également les rangs de la French Tech. Un mariage du coq bleu et de coq rouge pour mieux refléter la complémentarité de l’industrie et de la tech, à l’aube d’une nouvelle ère de l’aviation.  

Avec ses aéronefs connectés “nouvelle génération”, le co-fondateur et président d’Aura Aéro définit sa start-up comme « un constructeur d’avion moderne et “digital native” ayant pour vocation d’industrialiser les technologies de rupture ».