Biom’up débute une étude clinique outre Atlantique

Fraîchement auréolée du marquage CE pour son innovation permettant de stopper les saignements lors des interventions chirurgicales, la jeune société lyonnaise démarre une étude clinique internationale

  • Portraits
  • Temps de lecture: 1 min
Etienne Binant

Nombre de chirurgiens en ont rêvé, Biom’Up l’a fait. La start-up lyonnaise, qui compte une cinquantaine de collaborateurs, a en effet mis au point une poudre promettant d’arrêter les saignements du champ opératoire en 3 minutes, tout au plus 6. « Notre solution vise principalement les interventions de la sphère cardiaque, du foie et de la colonne vertébrale pour lesquelles les saignements sont le plus souvent modérés », précise Etienne Binant, Dg de Biom’Up.

Les Etats-Unis en ligne de mire

Baptisée Hemoblast, cette poudre hémostatique vient d’obtenir le marquage CE. Reste désormais à valider son potentiel par une étude clinique. Celle-ci débutera en septembre et sera menée aux Etats-Unis sur plus de 400 patients, ainsi qu'au Canada et en Allemagne. Les résultats devraient être connus fin 2016. La commercialisation d’Hemoblast devrait donc débuter dès la fin de l’année prochaine en Europe et fin 2017 aux Etats-Unis, où Biom’Up espère réaliser la majorité de ses ventes. En attendant, l’entreprise créée en 2005 poursuit la commercialisation des deux premiers produits qu’elle a mis au point : Cova, une membrane en collagène résorbable permettant de guider la cicatrisation d’organes ou de tissus, et MatriBone, une matrice de substitution ostéoconductrice. Son chiffre d’affaires devrait progresser de plus de 30 % cette année, pour atteindre 4,2 millions d’euros. Elle prépare également une quatrième levée de fonds - de l’ordre de 20 millions d’euros - afin notamment de financer l’étude clinique d’Hemoblast et de préparer son lancement commercial.