Erasmus, c’est aussi pour les entrepreneurs

Depuis l'Auberge Espagnole, on croyait Erasmus réservé aux étudiants ! De jeunes entrepreneurs partent pourtant avec ce programme européen découvrir les PME européennes de leur secteur d'activité. Une immersion bien utile pour élargir son horizon !

  • Bang
  • Temps de lecture: 2 min

Une façon de doper sa création d'entreprise

Lancé en 2009 par l’Union européenne, le programme « Erasmus for young entrepreneurs » permet aux créateurs d'entreprise de se former en immersion auprès d’un patron de PME situé dans un autre pays de l’Union. Il ne s'agit pas de suivre un enseignement universitaire, mais de s'immerger dans un milieu professionnel pour monter en compétences. L’occasion rêvée d’acquérir une expérience internationale, le temps de découvrir d'autres méthodes de travail, de se constituer un carnet d'adresses et des ouvertures pour de futurs partenariats !

À tout âge, dans tous les secteurs

Le programme s'adresse aux créateurs d’une entreprise de moins de trois ans mais aussi à ceux qui n'ont pas encore franchi le pas et sont encore en phase de préparation de leur projet. « Tous les secteurs sont ouverts, et il n'y a aucune limite d’âge. Les postulants dont nous avons la charge ont de 22 à 55 ans » explique Mathilde Bernard, chargée de mission à la Claie, l’un des points de contact du programme en France. De leur côté, les entreprises accueillantes doivent également remplir un certain nombre de critères. « Les patrons concernés doivent être gestionnaire de PME depuis au moins trois ans », précise Mathilde Bernard.

Des conditions d'accès exigeantes

Combien de temps dure l’expérience ? « Sur le papier entre un mois et six mois, dans la réalité, cela dépasse rarement quatre mois », répond Mathilde Bernard. Afin de financer le séjour, la Commission européenne propose des bourses dont le montant varie de 530 à 1100 euros par mois. Souvent insuffisant pour couvrir l’ensemble des frais, sachant que les dépenses supplémentaires sont à la charge du candidat. Autre point important : la langue. « C'est une évidence toujours utile à rappeler ! prévient Mathilde Bernard. Le candidat et l'entrepreneur qui l'accueille doivent pouvoir se comprendre. Un Français désirant se rendre, par exemple, en Allemagne, devra connaître la langue du pays ».

Une expérience très positive

Âgé de 29 ans, Marc est titulaire d’une licence en Sciences d’Internet. Dans le cadre d’Erasmus Jeunes Entrepreneurs, il a passé 4 mois chez Macnil, une entreprise technologique italienne spécialisée dans la géolocalisation. « L’expérience a été très positive. J’ai acquis de nouvelles compétences, notamment en termes de management. » Un atout important dans la préparation de son projet d'entreprise, ce qui renforce la détermination de Marc à créer rapidement son entreprise : « Actuellement je travaille à mi-temps pour poursuivre la préparation de mon projet : une société dans le domaine de l’électronique ».
Erasmus, une façon de viser l'international dès le début !