Innoveox : un contrat de 25 millions d'euros en Nouvelle-Calédonie

Le transformateur de déchets Innoveox vient de signer pour cinq ans avec l'un des leaders de la collecte et du transport de déchets toxiques dans ce territoire d’outre-mer.

  • Etudes
  • Temps de lecture: 1 min
Innovéox

Spécialiste de la valorisation des déchets industriels toxiques, qu’il est capable de transformer en eau propre non potable et en énergie, le groupe Innoveox vient de signer, en Nouvelle-Calédonie, un contrat pluriannuel (d’un montant minimum de 25 millions d'euros sur 5 ans) avec Stet Environnement, le troisième acteur de la collecte et du transport de déchets spéciaux dans ce territoire d’outre-mer.

Licence exclusive

Entrée en bourse en 2014, la société Innoveox détient la licence exclusive d’exploitation du brevet d’oxydation hydrothermale en milieu super critique (OHTS) à énergie positive, développé à Bordeaux, lequel permet l’oxydation et la destruction quasi complète des déchets organiques (huiles, pesticides…) par l’injection d’oxygène dans des effluents mis sous pression (plus de 250 bars) et sous température (plus de 400°).
Le groupe Innoveox, dont le siège est à Paris et la R&D en Gironde, commence ainsi à concrétiser sa volonté de multiplier en 2015 les signatures de contrats commerciaux. Le nord de la Nouvelle-Calédonie, sous administration des communautés traditionnelles kanakes, est l'un des plus grands producteurs mondiaux de nickel et Stet Environnement, qui s’occupe aussi bien des huiles et des pesticides que des solvants, compte parmi ses clients la société Le Nickel, du groupe Eramet. La Nouvelle-Calédonie ne dispose pas de filière organisée de traitement de déchets industriels, qui sont expédiés notamment en Australie pour y être incinérés. La capacité de traitement de l’unité installée en Nouvelle-Calédonie sera de 4 800 tonnes. Les autorisations administratives seront délivrées au 1er semestre 2016 et donneront le top départ de l’activité.