La filière automobile française passe la vitesse supérieure

L’industrie automobile française repart avec un nouvel élan ! Un effort important sur l'innovation et une réorganisation de la filière vise à retrouver l'avance technologique et la dynamique de production nécessaire. En ligne de mire : développer les véhicules électriques ou consommant moins de carburant, et créer les voitures de demain.

  • Etudes
  • Temps de lecture: 2 min

Cap sur la voiture écologique française

Début novembre, Renault-Nissan a annoncé avoir vendu son 200 000e véhicule électrique ! Les ventes de ces véhicules s’accélèrent, particulièrement dans les zones où les infrastructures pour recharger les batteries se sont développées.
Inspiré par ce constat, l'un des plans de la nouvelle France industrielle est consacré aux « Bornes électriques de recharge ». Il en est déjà ressorti deux mesures : l’obligation d’installer des bornes dans tout nouveau bâtiment construit et un soutien financier aux collectivités locales pour l’installation dans les espaces publics. Mais les bornes ne sont pas les seules innovations en ligne de mire. Trois autres plans concernent l’automobile. Celui qui est dénommé « Voiture pour tous consommant moins de 2 litres aux 100 km » vise à optimiser la motorisation, le poids, l’aérodynamisme et les pneumatiques des véhicules. Il a déjà présenté ses premiers prototypes au Mondial de l’Automobile 2014. Deux autres plans ; « Autonomie et puissance des batteries » et plan « Véhicule Autonome », doivent également permettre des efforts d’innovation. L’Institut de transition énergétique Védécom, signifiant « Véhicules décarbonés et communiquants et leurs mobilités » a été créé en mars 2014 et implanté en région parisienne dans cette optique.

Prolongement du soutien à l’innovation

La filière automobile mise aussi sur une meilleure organisation pour rebondir. Le Comité stratégique de la filière (CSF Automobile) a adopté un contrat de filière fin 2012. Il réunit administrations, entreprises et organisations syndicales. Son premier objectif : améliorer le dialogue entre donneurs d’ordre et fournisseurs et mettre en place des stratégies concertées entre les partenaires sur le long terme. Une feuille de route technologique commune aux grands groupes industriels et aux PME a déjà été adoptée. En complément, des actions ont été mises en place pour renforcer les entreprises à l’international, via la Plateforme de la filière automobile (PFA).
Deux dernières mesures importantes ont été annoncées : la création d’un fonds « Avenir Automobile » pour créer les nouveaux champions de la filière, et le prolongement du soutien à l’innovation dans le secteur à hauteur de 600 millions d'euros jusqu’en 2016.

L'automobile française n'a pas dit son dernier mot !