Les déchets gagnent leurs lettres de noblesse

En France, les projets innovants se multiplient et mettent en avant le recyclage des déchets. L’économie circulaire n’est pas seulement un concept !

  • Expertises
  • Temps de lecture: 1 min

De nouveaux emplois à la clé

Montans, dans le Tarn, est une petite commune de 1373 habitants. Elle abrite un projet exemplaire, innovant et créateur d'emplois : en novembre, la société civile d’exploitation agricole Dubousquet Agri 2000 va ouvrir une plate-forme de valorisation énergétique unique en France. À la clé, une soixantaine de nouveaux emplois. Elle sera capable de transformer 11 000 tonnes de résidus végétaux par an en « digestat ». Cet engrais naturel sera ensuite utilisé sur place pour l’exploitation agricole. Non loin de là, à Gaillac, sur la zone d’intérêt régional du Mas de Rest, l’entreprise de déconstruction automobile Surplus Auto 81 (Réseau Caréo) recycle des pièces détachées provenant de véhicules hors d’usage. Après transformation, elles sont réintroduites comme neuves dans le circuit économique mais coûtent deux fois moins cher. Là encore, l’économie circulaire s’affirme comme un véritable instrument de lutte contre le chômage puisque près de 100 postes pourraient être créés par la société d’ici à 7 ans.

L’essor de l'écologie industrielle

La gestion mutualisée des déchets d’entreprise est une autre tendance forte du moment. Sur la zone d’activité de Périgny, en Charente Maritime, une cinquantaine de PME participent au réseau Biotop qui identifie les éco-synergies possibles. Un exemple avec la société Léa Nature, spécialisée dans la conception et la vente de produits bio : les sacs de conditionnement dont elle se débarrassait sont désormais récupérés par Biotop et revendus à la société Ovive qui les utilise pour collecter ses déchets ostréicoles. Selon l’association Orée, une quarantaine de zones d’activité sont aujourd’hui actives dans le domaine de l’écologie industrielle. On en comptait moins d’une dizaine au début des années 2000.