Les premières start-up arrivent à Station F

Le plus grand incubateur de start-up au monde a été inauguré en grande pompe fin juin. Ce projet, initié et soutenu par Xavier Niel, le fondateur de Free, vise à développer un écosystème favorable aux entrepreneurs et à l’innovation. Reportage auprès des premiers arrivants.

  • Expertises
  • Temps de lecture: 2 min

Si, en ce mois d’août, à quelques encablures de la Bibliothèque François Mitterrand, dans le 13ème arrondissement de Paris, Station F paraît un peu vide, cette impression est trompeuse. En fait, le campus, nouveau temple des startuppers, affiche déjà complet.

« Depuis l’ouverture, nous avons déjà accueilli 1 500 personnes sur nos postes de travail. À la rentrée, nous serons complets, car les 3 000 postes ont été attribués », affirme Rachel Vanier, la directrice de la communication de Station F, qui fait la visite guidée du site. Pourtant, le processus de sélection des candidatures aux deux programmes de Station F - le Founders Program et le Fighters Program - est exigeant. « Pour être admis sur le campus, il faut répondre à des questions pointues. Il y a un dossier à remplir avec plusieurs éléments à indiquer, comme le benchmark et les indicateurs clés de performance. Une première sélection est ainsi effectuée par des entrepreneurs du réseau de Xavier Niel. Ensuite, nous avons dû faire des vidéos en une seule prise pour répondre en anglais à des questions inopinées », témoigne Charlotte Muller, Pdg de la start-up LeService, qui a développé une plateforme haut de gamme pour mettre en relation les meilleurs professionnels du bien-être de Paris (fitness, yoga, beauté…) avec des utilisateurs à l'emploi du temps chargé.

Un écosystème stimulant

Charlotte Muller a été agréablement surprise : « Il y a beaucoup de conférences effectuées par des intervenants de renom, dont des professionnels américains du private equity. » Mais le plus grand avantage de Station F - un immense entrepôt des années 1920, rénové et réhabilité, qui offre une superficie de 34 000 mètres carrés et peut accueillir un millier de start-up françaises et étrangères avec ses 3 000 postes de travail en open space, 24h/24 et 7jours/7 - réside dans le regroupement en un même lieu d’entrepreneurs ambitieux, qui peuvent ensemble tirer vers le haut. « Nous nous retrouvons avec des start-up qui ont des problématiques similaires aux nôtres. Du coup, ces problématiques sont plus faciles à résoudre, grâce à l'émulation entre les différents entrepreneurs », confirme la jeune dirigeante, qui ambitionne de boucler un premier tour de table avec des investisseurs en octobre prochain.

Besoins et buts identiques

Même son de cloche pour Dikom Bakang, co-fondateur de Dear Muesli, qui a développé une marque de petit déjeuner sain et sur-mesure : « À Station F, nous pouvons profiter d'un écosystème dans lequel les entrepreneurs ont les mêmes besoins. Le plus souvent, il s’agit de chercher des développeurs et des investisseurs, que nous pouvons trouver ici plus rapidement. » Lui aussi vise une levée de fonds dans les prochains mois pour pouvoir recruter du personnel et soutenir la croissance de sa start-up.