Saint Jean Industries s’envole à l’international

En pleine croissance externe, l’équipementier automobile rhodanien a récemment réalisé des acquisitions en Allemagne et en Espagne. L’ETI familiale vient en outre de signer un accord d’implantation en Chine, tout en songeant déjà à un renforcement outre-Atlantique.

  • Bang
  • Temps de lecture: 1 min

Elle en a fait du chemin depuis sa naissance, en 1962, dans le Rhône, en tant que fabricant de petites pièces de fonderie aluminium... Reprise dans les années 70 par la famille Di Serio, l’entreprise Saint Jean Industries, basée à Saint-Jean d’Ardières, n’a cessé d’évoluer - grâce entre autres à l’invention de son procédé de fabrication, le COBAPRESS (pour couler, basculer, presser) - pour devenir aujourd’hui une ETI spécialisée dans les « solutions pour les industries des transports et des énergies », présente sur trois continents et membre du réseau Bpifrance Excellence.

De fait, l’équipementier automobile (aujourd’hui son activité principale), a emprunté depuis le début du millénaire une voie résolument internationale. Première destination d’implantation, greenfield, en 2003 : la Croatie, suivie d’acquisitions aux États-Unis, en Allemagne, en Norvège et en Suisse, de même qu'en France, où le groupe familial, présidé par Emile Di Serio, compte plusieurs sites de production.

Nouvelles implantations outre-Rhin et en Asie-Pacifique

Plus récemment, à l’automne dernier, la firme rhodanienne a acquis la société allemande Fastner GmbH. Cet achat « nous permet de proposer des solutions plus assemblées et de nouveaux types de pièces, en aluminium, pour les constructeurs automobiles, avec notamment des technologies de soudure que l’on n’avait pas jusqu’à présent en interne », détaille Hervé Vericel, directeur commercial de Saint Jean Industries.