Une innovation dans le vin bientôt appliquée à la cardiologie

Michael Paetzold et Olivier Caste ont lancé un produit visant à mieux aérer le vin. Aujourd'hui, cette nano-aération intéresse des spécialistes en cardiologie.

  • Etudes
  • Temps de lecture: 2 min
Optiwine

La PME, basée à Cadaujac en Gironde, intervenait jusqu’à présent dans la chaîne de production - de la vigne à la mise en bouteille. Mais l'innovation est le point fort de Michael Paetzold, à la tête du groupe éponyme (120 salariés, 10,7 millions d'euros de chiffre d’affaires en 2014). Avec Optiwine, c'est à la table des amateurs de vins que Michael Paetzold, associé à Olivier Caste, un grand collectionneur de vins qui l’a rejoint, veulent s'inviter. « Il s’agit d’un système révolutionnaire de nano-aération des vins, qui a pour but de les préparer à l'oxygénation ultra brutale qu’ils connaissent en passant de la bouteille au verre », explique ainsi Michael Paetzold.

Après trois ans de recherche, de collaborations multiples et un budget estimé à 300 000 euros, Michael Paetzold et Olivier Caste ont lancé leur nouveau produit il y a quelques semaines. Optiwine est un bel objet taillé dans un plastique à la transparence cristalline, que l’on glisse dans le goulot une fois la bouteille ouverte. « En retournant délicatement la bouteille plusieurs fois, on permet au vin, qui s’écoule par 16 canaux, de bénéficier de la même dose de nano-aération », précise encore Michael Paetzold.

Intérêt sud-africain

« Prouver l'intérêt de la nano-aération pour le corps, c'est aussi prouver son intérêt pour le vin ! » Michael Paetzold

Et, incroyable mais vrai, cette innovation intéresse des chercheurs … en cardiologie du Cap (Afrique du Sud). De fait, après un arrêt cardiaque, l'afflux massif d'oxygène peut causer des dommages au cœur. D’où le lancement en ce mois d'avril, d’un programme de recherche axé sur cette nano-aération. « Nous sommes prêts à y investir 400 000 euros. Prouver l'intérêt de la nano-aération pour le corps, c'est aussi prouver son intérêt pour le vin ! », s’enthousiasme Michael Paetzold.