Fonds SPI : 3 200 emplois directs générés par les nouveaux sites industriels

Créé en 2015 pour permettre aux projets industriels innovants les plus porteurs de perspectives d’activité et d’emplois de voir le jour, le fonds SPI (Sociétés de Projets Industriels) tire un premier bilan positif de son activité.
 

  • Actus
  • Bpifrance
  • Industrie
  • Innovation
  • Investissement
  • Investissement
  • 17 septembre 2021
  • Temps de lecture: 2 min
NØØVISTA
©METEX NØØVISTA

Contribuer à la réindustrialisation de la France. Lancé en 2015, le fonds SPI vise dès sa création à sélectionner les projets industriels risqués, mais crédibles qui recréeront des usines en France. Géré par Bpifrance, financé par le Programme d’investissements d’avenir et depuis 2017 par la Banque Européenne d’Investissement, le fonds est doté à sa création de 800 millions d’euros. Six ans plus tard, les 10 investisseurs du pôle ont déjà déployé l’essentiel des fonds disponibles soit 550 millions d’euros.

Un impact significatif en termes d’emploi dans les territoires

« En répondant à une défaillance du marché de l’investissement, le fonds SPI a permis la création de sites industriels dans les territoires et contribué à créer de nouveaux champions industriels dans des filières d’avenir », explique Magali Joessel, directrice du fonds SPI au sein de Bpifrance. Les investissements ont ciblé des secteurs clés pour l’autonomie stratégique de la France, tels que la chimie verte (Microphyt, METEX, Carbiolice, Afyren, Lactips…), l’énergie (Forsee Power), l’électronique (Aledia, Lacroix Electronics), l’alimentation du futur (Prolein), les biotechnologies (Yposkesi), le spatial (Kinéis), etc. Les usines sont implantées au cœur des territoires dans 10 régions métropolitaines, souvent sur d’anciens sites industriels qui reprennent vie à cette occasion. « L’idée qu’il est possible de bâtir de nouvelles positions industrielles est devenue une réalité. Cette démonstration, également incarnée par de premières cessions, permettra de jouer un rôle d’entrainement de fonds d’investissement privés à nos côtés », complète Magali Joessel.

Autre point positif à retenir de ce bilan : ces nouveaux sites industriels ont généré pas moins de 3 200 emplois directs. En extrapolant les données INSEE selon lesquelles un emploi industriel permet de créer 1,5 emploi indirect et 3 emplois induits dans le reste de l’économie, le potentiel de création d’emplois associé à l’action du fonds SPI est de l’ordre de 17 000.

Au-delà d’un impact positif sur l’emploi et les territoires, on peut aussi citer l’impact sur le climat. Convaincu que le développement durable est une opportunité pour l’industrie française, le fonds SPI a fait de la transition écologique et énergétique une priorité stratégique. L’ensemble des sociétés du portefeuille intègrent le changement climatique dans leur stratégie et leurs actions.75 % des investissements réalisés l’ont été dans des sociétés offrant des solutions liées à la transition écologique et énergétique, par exemple contre la pollution plastique (Carbiolice, Lactips).