Les recettes du succès des "Entrepreneurs Made in France"

  • Portrait
  • Success stories
  • 27 juin 2018
  • Temps de lecture: 2 min

La recette du succès d’Octave Klaba (OVH)

Quelle est la recette derrière l’incroyable succès d’OVH ? Un concept unique ? Une formation de haut niveau ? Un management atypique ? Réponse avec le portrait de son fondateur, un talent tricolore devenu grand, Octave Klaba.

OVH est probablement l’une des plus belles réussites de l’Internet en Europe. Une entreprise de croissance à la mode américaine des Gafa. Sauf que cette fois, l’histoire se passe à Roubaix, Hauts-de-France. Et que le fondateur, Octave Klaba, déroule un parcours digne d’un héros de roman : né en Pologne communiste, il arrive en France à l’âge de 16 ans, en 1990, sans parler un seul mot de notre langue. Le voilà aujourd’hui à la tête du premier hébergeur européen. Et prêt à attaquer le marché mondial du cloud.

La tête dans les nuages

Depuis toujours « accro » de la programmation, Octave Klaba s’intègre vite dans le système scolaire français, obtient un diplôme d’ingénieur à l’ICAM (Institut catholique d’arts et métiers) de Lille tout en codant nuit et jour pour OVH, la société qu’il crée en parallèle de ses études en 1999. Le jeune surdoué a compris l’enjeu stratégique que représentent les hébergeurs et les centres de données où sont stockées et traitées les informations. Il devient très vite le numéro un français, puis européen de l’hébergement de serveurs. Et bientôt, c’est son ambition, un des leaders mondiaux des fournisseurs du cloud avec ses data centers.

L’entrepreneur nordiste est avant tout un geek. D’ailleurs, contrairement à la légende, OVH n’est pas l’acronyme de « on vous héberge » mais vient des initiales du pseudo utilisé par le jeune homme depuis Maths spé pour surfer sur les forums. Aujourd’hui, l’évocation de cette légende le fait sourire : « En anglais, ce serait WHY, pour We host you ! » OVH figure aujourd’hui parmi les entreprises françaises du Net les plus en vue, avec 2 400 collaborateurs, dont 1 200 en France, plus de 100 recrutements par mois, et une croissance du chiffre d’affaires de 30 % par an, qui devrait s’accélérer : le groupe, qui multiplie la création de data centers sur toute la planète, a racheté en 2017 la division cloud du géant américain VMware et compte bien s’imposer sur le marché international en proposant une alternative mondiale aux Gafa, dont les données des utilisateurs sont stockées aux États-Unis, et donc soumises au Patriot Act1. Judicieux.